Syntec Numérique : “On oppose la ré-industrialisation au numérique, c’est une erreur majeure”

Marketing

Guy Mamou-Mani, Président du Syntec Numérique, constate que tous les candidats ignorent les enjeux du secteur IT. Pas payant électoralement ?

Le Syntec Numérique vient de présenter son bilan 2011 et ses perspectives 2012.

On aura l’occasion d’y revenir mais la question de l’élection présidentielle et de l’intérêt des candidats vis-à-vis du secteur IT a occupé une grande partie du déjeuner de presse.

Le constat est navrant, selon Guy Mamou-Mani, Président du Syntec Numérique : sur les dix candidats à l’élection présidentielle, aucun ne porte un réel intérêt au secteur IT.

Pourtant, la chambre professionnelle des sociétés de conseils et de services informatiques a émis “Dix propositions” condensées pour les candidats engagés dans la course à la présidentielle.

S’il n’y avait qu’un proposition à retenir, ce serait celle la filière de formation du numérique considère notre principal interlocuteur.

Mi-janvier, Syntec Numérique s’est associée à une vingtaine de groupements IT et télécoms (AFDEL, ACSEL, FEVAD, FFT…) pour tenter de parler à l’unisson du développement de l’économie et de la compétitivité numérique.

Rien n’y fait. Le numérique ne semble pas un enjeu décisif de la campagne, soupire Guy Mamou-Mani.

Difficile de faire entendre sa voix : sur 10 candidats officiels, le Syntec Numérique a pu exposer ses propositions à trois d’entre eux : Nicolas Sarkozy, François Bayrou et François Hollande.

Et encore, la rencontre s’est passée avec les conseillers des candidats en charge de l’économie numérique…

Un quatrième a montré un certain intérêt mais il a abandonné la course (Hervé Maurin).

Alors, le numérique est-il inaudible en temps de crise ?

Alors que l’on martèle que l’économie numérique est source d’emplois et de vitalité d’un pays, pourquoi les candidats à l’élection présidentielle sont si frileux alors qu’il mène des campagnes Web “très offensives” ?

Quelques pistes sont évoquées au-delà du problème générationnel, du manque d’intérêt vis-à-vis des nouvelles technologies, du manque de pédagogie des élus politiques et de la valeur ajoutée que peut apporter secteur IT à l’économie globale.

(Lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur