Syquest, c’est fini !

Cloud

Au bord de la faillite, le fabricant de supports de stockage amovibles a suspendu la cotation de son titre et cesse progressivement toute activité.

Finis les Syjet, SparQ et autres disques durs amovibles Syquest. Le fabricant américain de périphériques de stockage amovibles dépose la clef sous le paillasson. Il vient d’annoncer l’arrêt de ses activités et envisage de se placer sous l’autorité du Chapitre 11, le texte de loi américain qui définit le protocole légal à suivre en cas de faillite (équivalent de la cessation de paiement en France).

Déficitaire depuis 1994, la société a suspendu lundi la cotation de son titre qui ne valait plus que 34 cents par action. Le dégraissage massif réalisé l’été dernier avec une suppression de la moitié des effectifs n’aura pas suffi pour sortir du rouge. Syquest a perdu plus de 200 millions de dollars (1,2 milliard de francs) depuis 1995. La faillite s’explique par une forte baisse de la demande due à la crise asiatique et par une concurrence importante du géant Iomega.

Syquest était surtout présent dans le monde Mac. Il avait de nombreux projets dans ses cartons et notamment un lecteur SparQ d’une capacité de 1,5 Mo équipé d’une interface USB pour l’iMac.

Pour l’heure, la filiale France de Syquest prévoit une fermeture progressive de ses bureaux. La question du support client n’a pas encore été abordée. Plus de trois millions de lecteurs de disques durs amovibles Syquest ont été vendus à ce jour pour quelque 16 millions de cartouches. On parle beaucoup d’un éventuel rachat par un autre spécialiste du stockage comme Iomega.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur