Tablette : la BlackBerry PlayBook se réinvente en 2.0

MobilitéTablettes

Research in Motion revigore sa tablette tactile PlayBook et mise sur un OS revitalisé pour en tirer la quintessence.

RIM revitalise sa tablette tactile PlayBook  avec une nouvelle version de son OS associée à une mise à jour matérielle, lors de sa première convention développeurs en Europe (qui se déroule à Amsterdam).

A défaut d’une plate-forme logicielle unifiée encore à l’état d’embryon, Research in Motion mise sur le lancement imminent de sa nouvelle ardoise tactile pour reconquérir un public peu demandeur sur l’exercice 2011.

Au programme de cette PlayBook revigorée, l’implémentation d’un Runtime* dont il résulte une compatibilité accrue avec les applications issues de l’écosystème Android.

Le véritable point d’orgue réside en cette transfiguration de Bridge, qui fait l’objet d’un débat.

Cette application lie si étroitement une tablette BlackBerry à son smartphone attitré qu’elle génère une interdépendance entre les deux terminaux.

Au fait de la grogne généralisée qui sévit à ce propos, RIM persiste et apporte à l’ensemble de nouvelles fonctionnalités, au-delà de la simple transmission de contacts et de messages jusqu’alors en vigueur.

Outre la déportation de l’affichage (fonctionnalité inspirée du Touch to Share de la HP TouchPad), la firme canadienne évoque une prise de contrôle à distance pour conférer à la PlayBook de nouveaux usages.

En première ligne, la saisie de texte avec le clavier d’un téléphone, mais aussi ce pilotage de diaporamas dont Pocket-Lint fait mention.

Autrement anecdotique, une intégration plus poussée des réseaux sociaux dans le calendrier et les contacts ne saurait éclipser le lourd poids d’un maigre héritage : celui d’un unique prédécesseur dont les déboires sont restés dans les annales 2011.

Malgré une baisse des tarifs (le modèle à 16 Go soldé à 199 euros dans les rayons de la FNAC), la PlayBook a du mal à séduire les entreprises et le grand public.

RIM France recense une trentaine de projets en entreprise à partir de sa tablette.

Mais RIM affiche son intention de poursuivre ses efforts dans ce sens.

* Version d’un langage ne permettant que l’exécution des programmes créés avec le langage. Source : JargonF.org.

Une application Android portée, une tablette PlayBook offerte
Les développeurs Android qui proposeront un portage d’une ou plusieurs applications se verront octroyer un exemplaire de la tablette PlayBook, première du nom.A cette pauvreté de l’écosystème logiciel BlackBerry (quelque 60 000 applications, précise Silicon.fr), le seul Android Market, entrevu de longue date tel un sauveur de circonstance, semble à même d’offrir une alternative.Mais cette stratégie empreinte d’agressivité n’est pas sans revêtir de risques. Aguicher à qui mieux mieux la communauté Android revient à désapprouver ses plus fidèles développeurs, quand bien même ils ne sont que quelques centaines.

En parallèle, le bal des promotions se poursuit. Plusieurs grands marchands en ligne ou de proximité soldent ainsi le PlayBook 16 Go à 199 dollars (249 dollars pour la 32 Go; 299 dollars pour la 64 Go).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur