Tablette : la PlayBook ne suffit pas à RIM pour remonter la pente

CloudMobilitéTablettes

En deux mois de commercialisation, RIM a écoulé 500 000 unités de sa tablette pro. Les résultats financiers du fabricant restent en berne. Et on s’attend à une réduction d’effectif.

La tablette PlayBook devait servir de levier pour redynamiser les activités de RIM. Mais il faudra du temps.

Difficile d’être accueilli avec un enthousiasme similaire à l’iPad 2 d’Apple (600 000 unités écoulées en moins de 24 heures) même quand on fabrique le BlackBerry.

Research in Motion se retrouve sous les feux des projecteurs avec la publication des résultats du premier trimestre jugés décevants.

Les analystes ont suivi avec une grande attention le démarrage de la PlayBook distribué depuis mi-avril aux Etats-Unis et au Canada : 500 000 tablettes professionnelles écoulées en deux mois.

Courant mai, RIM a dû rappeler un millier d’exemplaires défaillants. Le système d’exploitation refusait de procéder à l’initialisation de base.

En France, la commercialisation de la PlayBook démarre en France.

Parallèlement, sur le même trimestre, RIM a écoulé 13,2 millions de son smartphone phare BlackBerry dans le monde.

Sur le front des résultats financiers, la firme canadienne affiche un chiffre d’affaires de 4,9 milliards de dollars (-12% par rapport au trimestre précédent mais + 16% par rapport au premier trimestre 2010).

“Le ralentissement observé dans le courant du premier trimestre continue sur le deuxième trimestre”, constate Jim Balsillie, Co-PDG de Research In Motion.

Et le renouvellement des produits attendu chez RIM a pris du retard.

La prochaine grande vague de BlackBerry nouvelle génération (avec le nouveau système d’exploitation QNX ?) est désormais prévue pour pour fin août.

Néanmoins, Jim Balsillie se veut rassurant. “Le groupe demeure rentable et solide. Nous continuons à grignoter des parts de marché dans le monde entier. Nous croyons fortement au succès de nos futurs produits.”

RIM affiche aussi un résultat net en baisse : 695 millions de dollars sur le premier trimestre 2011 (934 millions de dollars au cours de la même période l’an dernier).

Coté au Nasdaq, RIM compte lancer en juillet une vaste opération de rachat d’une partie de ses titres en Bourse.

Sur le front du top management, le Wall Street Journal révèle que Don Morrison, Directeur général de RIM, sera absent jusqu’à l’automne “pour des raisons médicales”.

Mais des sources anonymes évoquent une discrète mise à l’écart.

Le WSJ évoque également un plan de réduction des effectifs mais on ignore quelle proportion des collaborateur sera touchée (17 500 personnes dans le monde).

A lire également : Dossier spécial : Tablettes, qui veut détrôner l’iPad ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur