Tablette MSI Windpad 110W : au bureau comme à la maison ?

MobilitéTablettes
tablette MSI Windpad 110W

Choisir entre sédentarité et mobilité : tel est le dilemme que la tablette MSI Windpad 110W prétend abolir. L’alliance de Windows 7 et d’une configuration musclée suffira-t-elle à convaincre les “prosumers” ?

S’il y a bien un constructeur pour innover à l’heure de vanter les mérites d’une tablette tactile tout-terrain, il s’agit de MSI, qui prétend dispenser l’utilisateur d’un dilemme : vaut-il mieux dédier son terminal à une utilisation sédentaire ou l’emporter partout avec soi ?

Avec comme organe principal un imposant processeur AMD Brazos à 1,5 GHz, le Windpad 110W pourrait bien se prêter à ces deux types d’usages. C’est inéluctable, l’appareil en a dans les tripes, tout du moins sur le papier.

A ce circuit tout-en-un, MSI adjoint un GPU Radeon HD 6250, le haut de gamme pour de tels systèmes embarqués. Du gâteau pour la 1080p et les quelques titres graphiques adaptés à un contrôle tactile ?

Indubitablement, à en reconsidérer les caractéristiques matérielles de cette ardoise munie de 2 Go de mémoire vive, d’un SSD de 32 Go et de Windows 7 en version Home Premium.

Revers de la médaille, la relative inadaptation de ce système d’exploitation aux plates-formes mobiles. En attendant les premiers modèles équipés d’un Windows 8 hybride (un “killer-OS” ?), l’avantage majeur réside en la maximisation de l’offre logicielle.

Quand l’Android Market propose quelques centaines de milliers d’applications, le Windpad peut théoriquement s’accommoder de plusieurs millions de programmes.

Par essence, avec les produits Microsoft, les outils bureautiques sont légion, au même titre que les solutions de protection et de transmission des données. Les professionnels seront les premiers à s’en accommoder.

Leurs dispositifs externes se contenteront d’un unique port USB, à moins d’y relier un répartiteur. Doté d’une base riche en pilotes, Windows s’ouvre toutefois à une infinité de périphériques, au contraire d’Android.

Pour la somme de 529 euros (dans l’absolu, moins qu’un iPad 2), les prosumers, première cible de MSI, bénéficieront d’une connectique fournie, articulée autour d’une dalle de 10 pouces multipoint en 1280 x 800, avec accéléromètre et interrupteur de blocage de la rotation écran.

Outre les équipements de rigueur, dont un capteur de luminosité et un dispositif de pointage, un module Trusted Platform matérialise un aspect sécuritaire discret, mais non intégralement délaissé par MSI.

En revanche, aucune trace d’un module NFC. Il faudra décrypter ses codes-barres via l’un des deux faibles capteurs à 1,3 million de pixels. Autant dire que cette tablette est bel et bien destinée à la consommation de contenus multimédia, non à leur création.

Avec 1,5 centimètre d’épaisseur, 740 grammes sur la balance et un port dédié au branchement d’une station d’accueil, l’impression se confirme : la mobilité n’est pas le point fort du Windpad.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur