Tablette – ultrabook : Intel a les idées claires sur la segmentation

Poste de travailRégulationsSystèmes d'exploitation
MSI S20 ultrabook

Plus de 140 modèles d’ultrabooks sous Ivy Bridge seraient à l’étude, pour une vingtaine de tablettes Windows 8 et des hybrides à foison. Intel entend segmenter l’offre pour toucher tous les segments de marché.

Début avril, Intel avait décrété l’arrivée imminente de 75 designs d’ultrabooks.

Fin mai, ces estimations, revues à la hausse, se chiffraient à 120 modèles.

Voici la barre à nouveau relevée, avec en l’occurrence 140 machines, toutes équipées en Ivy Bridge.

S’y adjoindront 20 tablettes Windows 8 basées sur l’architecture x86, avec des processeurs Atom (plate-forme Clover Trail), compromis revendiqué entre puissance et économies d’énergie.

Par la voix de son CEO Paul Otellini, Intel a également fait mention d’une quarantaine de terminaux hybride. Dont une douzaine de convertibles, précise VentureBeat.

Dans l’expectative de Windows 8, le fondeur de Santa Clara entend segmenter l’offre, pour toucher le grand public comme les entreprises.

Une nouvelle vague “Wintel” (combinaison Windows – Intel) apparaît donc face à l’émergence alternative de la plate-forme ARM au sein de la caste des ultraportables.

Sur ce segment, Qualcomm s’est signalé avec son Snapdragon S4.

Parmi les alliés d’Intel, l’irréductible HP a décliné à toutes les sauces sa gamme Envy, avec en tête de liste la série ultrabook Spectre.

Certains constructeurs ont joué la différenciation assumée. Témoin Gigabyte, qui revendique la légèreté de son X11 (975 grammes), tandis qu’Asus parvient à caser de la Full HD sur les 11,6 pouces de son UX21A.

Les porte-drapeau de l’hybridité seront essentiellement les produits présentés lors du dernier Computex de Taïwan qui s’est déroulé en juin.

Devraient cohabiter des concepts divers et variés tels que le S20 de MSI (muni d’un clavier coulissant) et les Tablet d’Asus, qui héritent du clavier amovible des Transformer.

Convié au rendez-vous du 26 octobre (sortie de Windows 8), les constructeurs se sont vu assigner un objectif : optimiser le coût de production des ultrabooks pour permettre leur commercialisation en deçà du seuil des 700 dollars.

Pour appuyer les démarches, Intel a choisi de donner leur chance aux disques durs magnétiques face à l’avènement de la mémoire flash.

Cela passe par l’affinement, à l’horizon 2015, du format 2,5 pouces à 5 mm d’épaisseur, contre 7 à 9,5 mm à l’heure actuelle.

Premier pas pour éviter l’écueil de fragmentatio, les fabricants ont abouti à un consensus à 7 millimètres pour la fin de l’année.

Dans cet esprit, il se trame, pour les panneaux LCD, l’intronisation d’un successeur à l’imposant Gorilla Glass.

Intel prudent sur les objectifs CA sur 2012
Au deuxième trimestre, Intel a réalisé un chiffre d’affaires de 13,5 milliards de dollars (+4% par rapport à la même période de 2011) pour un résultat opérationnel de 3,8 milliards (-2,6%).
Le fondeur se montre prudent sur la croissance du CA sur 2012 qui sera plus limitée que prévue (fourchette 6 – 9%).

 

Un substitut aux batteries au lithium (jugées trop onéreuses) est également à l’étude.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur