Tablettes : Acer redéfinit les usages tactiles

MobilitéOS mobilesTablettes
Acer Iconia Tab A200 tablette

VOD, jeux, e-books…Acer multiplie les applications pour favoriser tous les usages à partir des tablettes. En France, il signe un partenariat spécial avec Canal Plus.

Au fait d’une consumérisation de l’IT et de l’essor du divertissement multimédia, Acer prête aux tablettes tactiles un faste avenir et en redéfinit les conventions d’usage.

Ambassadeur du foyer connecté, Acer parie sur sa gamme Iconia – en particulier le modèle Tab A100 – pour entériner l’avènement des technologies interactives de communication sans fil intégrées à ses tablettes.

En tête d’affiche, le Digital Living Network Alliance (DNLA), encore peu usité, tout du moins en rapport à son potentiel.

Le recours sous-jacent au Wi-Fi reconvertit pourtant toute tablette en un client ou un serveur de fichiers habilité à faire usage de la vidéo à la demande (VOD) et des jeux, jusqu’à faire office de téléviseur ultra-fin.

Cela fait un an qu’Acer a intégré la technologie Clear-fi pour le partage des contenus multimédia (audio, photos, vidéos) sur l’ensemble de ses produits (PC, portables, tablettes et smartphones).

Sur les tablettes, le constructeur taïwanais a également intégré l’application ludique TegraZone de Nvidia.

En mars, il intègrera Acetrax, une application de video on demand.

Pour la lecture des e-books sur la tablette, c’est l’application Lumiread d’Acer qui sera mise en avant (format favori, luminosité des pages, accès à des bibliothèques d’ouvrages numériques.

Aussi, Acer rappelle que, dans ses futurs produits, un SoC (System-on-a-Chip) Nvidia Tegra 3 de dernière génération sera intégré.

En France, le groupe taïwanais mentionne par ailleurs un partenariat récemment noué avec Canal Plus (groupe Vivendi).

Il s’agit d’accéder via les tablettes aux  contenus audiovisuels via l’application de télévision mobile Canal Touch : accès aux programmes en clair de la chaîne et à i-Télé pour tous, disponibilité du service de catch up TV sous forme de deuxième écran pour les abonnés.

Tantôt encensées pour leur polyvalence et leur commodité à la maison comme au bureau, tantôt exhaussées sur l’autel de la mobilité en lieu et place de netbooks en recul significatif, les ardoises tactiles n’ont guère failli dans leur opération séduction.

Les Français s’en sont tout particulièrement amourachés, à hauteur d’un million et demi d’acquéreurs sur les douze derniers mois.

A l’échelle européenne, le consommateur a même relevé de plus d’une centaine d’euros le panier qu’il consacrerait à l’achat d’un tel terminal.

A contrario, le marché des PC s’affaisse. L’étude menée en ce sens par IDG Connect confirme que l’iPad est devenu un support de premier choix jusque dans le monde de l’entreprise, capable notamment de complémenter, si ce n’est de se substituer à un ordinateur portable.

A cet égard, les ultrabooks, nouveau-nés d’Intel, accusent un retard comparable à l’allumage.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur