Le tabloïd Daily Mail fait de l’œil à Yahoo

EntrepriseFusions-acquisitions
yahoo- Daily Mail
1 0

La maison-mère du tabloïd britannique The Daily Mail serait prête à racheter les actifs Internet mis en vente par Yahoo, afin de booster ses recettes publicitaires en ligne.

Yahoo attire les convoitises… Si l’on croit déjà savoir que Verizon et Google sont bien intéressés par tout ou partie des actifs mis en vente par la firme de Sunnyvale, un autre  potentiel acquéreur se dévoile : le tabloïd britannique The Daily Mail.

En réalité, il s’agit plutôt de la société mère de The Daily Mail, Daily Mail & General Trust, qui serait entré en discussions avec Yahoo, en vue de formuler une potentielle offre de rachat, avec l’appui de plusieurs fonds d’investissement, dont les noms n’ont pas été dévoilés.

Rappelons que depuis mars dernier, le groupe américain, dirigé par Marissa Mayer, est prêt à examiner les dossiers des candidats intéressés par l’acquisition de certains de ses services Web (comme Yahoo Mail ou Yahoo Search,…) et de ses actifs en Asie (prises de participation stratégiques dans le capital d’Alibaba Group et dans Yahoo Japan). Reste à en définir les périmètres exacts.

Daily Mail & General Trust pourra mettre le grappin sur Yahoo sous deux formes : une première se concrétiserait par un fonds d’investissement qui mettrait la main sur les activités Internet de Yahoo et organiserait, dans un second temps, la fusion des services médias et information avec celles du Daily Mail version Web.

Ou alors, un fonds pourrait mettre la main sur l’ensemble des activités Web de Yahoo , The Daily Mail se chargeant d’acquérir le volet médias et information (Yahoo Finance, Sports, News et la partie vidéo).

Pour le moment, le sort des actifs asiatiques du groupe de Sunnyvale n’aurait pas été évoqué.

En misant sur Yahoo, le site Web du Daily Mail pourrait augmenter ses recettes publicitaires en ligne, qui ont atteint 73 millions de livres (91 millions d’euros) en 2015, soit un dixième du chiffre d’affaires annuel du groupe.

En tout état de cause, les repreneurs intéressés ont jusqu’au 18 avril prochain pour formuler des offres fermes.

 

Crédit image : Ken Wolter – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur