Le TalanCoin s’invite au Forum parlementaire de la blockchain

Bases de donnéesData-stockageRégulations
talancoin
2 20

Le premier Forum parlementaire de la blockchain a été marqué par la présentation d’une monnaie virtuelle que le groupe Talan utilise en interne.

La blockchain, aussi révolutionnaire qu’Internet ? Jean Launay en « a l’intuition ».

Le député PS du Lot a ouvert, ce matin à la Maison de la Chimie (Paris VIIe), le premier Forum parlementaire* dédié à cette technologie de registre décentralisé qui fait tourner la tête de la planète IT et au-delà.

Partenaire de l’événement aux côtés d’ENEDIS (ex-ERDF), de la MAIF, de Bpifrance et de Cap Digital, Talan a profité de la première table ronde pour lever le voile sur une initiative destinée à « valoriser toute forme de création et d’échange de valeur au sein de l’entreprise ».

Cette initiative prend la forme d’une monnaie à usage interne baptisée TalanCoin et adossée à une blockchain.

Les collaborateurs du groupe spécialisé dans le service, le conseil et l’ingénierie disposeront d’une plate-forme sur laquelle ils pourront, via une application mobile, convertir leurs TalanCoins en avantages non monétaires : formations, temps pour des projets personnels…

Innovation et régulation

Talan se projette déjà sur des systèmes de vote et de financement participatif. Mais d’après son président-cofondateur Mehdi Houas, il faudra d’abord passer par les trois phases de l’innovation : le scepticisme, la résistance, puis l’accompagnement.

Cet ancien d’IBM, qui fut pendant près d’un an ministre du Commerce et du Tourisme au sein du gouvernement tunisien, insiste sur la nécessité « d’expérimenter, puis de réfléchir » ; une logique, qui, selon lui, est appliquée aux États-Unis, quand la France fait le contraire…

Députée Les Républicains d’Eure-et-Loir, Laure de La Raudière est sur la même ligne. « Il faut remplacer le principe de précaution par un principe d’innovation ».

Son collègue Lionel Tardy, de Haute-Savoie, résume, à propos des parlementaires : « Moins on en fera, mieux ça sera ». Il est imité en cela par la secrétaire d’État au Numérique Axelle Lemaire, qui réaffirme qu’il « ne fat pas légiférer à ce stade de la technologie ».

* L’une des thématiques fortes de ces rencontres – marquées par la non-représentation du Sénat – aura été l’avenir des tiers de confiance, que la technologie de registre autonome menace de court-circuiter. La salle s’est accordée sur le fait que ces intermédiaires ont leur place dans le cadre de l’exploitation de blockchains privées, notamment pour la gestion des clés de sécurité.

Quelques articles pour creuser le sujet :


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur