Taxe sur les télécoms : Les MVNO montent au front

Mobilité

Les opérateurs mobiles virtuels se disent “préoccupés” par une taxe sur les télécoms. La ministre de la Culture ouvre un forum de discussion.

La volonté de Nicolas Sarkozy de taxer les opérateurs pour financer l’audiovisuel public (sans publicité) n’en finit pas de susciter la polémique. Quelques jours après les déclarations du président de la République, Alternative Mobile – un groupement de MVNO* – s’est fendu d’un communiqué pour dénoncer cette “nouvelle taxe” qui pourrait, selon eux, “être fatale aux MVNO, tous encore engagés dans une phase d’investissement, et pour lesquels une taxe sur le chiffre d’affaires ne ferait que repousser davantage la perspective d’atteindre un jour leur équilibre économique”.

“Nous voulons nous rappeler aux bons souvenirs du législateur”, nous explique Leonidas Kalogeropoulos, délégué général d’Alternative Mobile. Il estime que “les personnes qui ont envisagé une telle taxation n’ont pensé qu’aux trois gros opérateurs qui gagnent des milliards” et qu’ils ont “certainement oublié les plus petits opérateurs, qui sont toujours dans le rouge”.

De son coté, Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, a précisé hier par voie de communiqué qu’elle “souhaite recueillir l’avis des Français”, tout en insistant sur le fait que “L’abandon du recours à la publicité est une chance historique pour repenser en profondeur l’identité éditoriale du service public audiovisuel”.

Un forum de discussion, toujours en cours d’élaboration, devrait être prochainement mis en ligne sur le site Internet du ministère de la Culture et de la Communication. Objectif affiché : “recueillir les suggestions et les souhaits des Français”.

Ce groupement fédère les opérateurs mobiles virtuels Transatel, Tele 2 Mobile, NRJ Mobile, Coriolis Telecom, Carrefour Interactive, Virgin Mobile, Auchan Telecom et Breizh Mobile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur