Taxis-VTC : Uber France prend la pause

Apps mobilesLégislationMobilitéRégulations
taxis-vtc-suspension-uber
5 3

Uber France suspendra ses services ce mardi à Paris entre 11 h et 15 h, en « signe de soutien » au mouvement des chauffeurs VTC/LOTI.

Uber France a répondu favorablement à l’appel d’Alternative Mobilité Transport.

Cette association francilienne, qui dit fédérer plus d’un millier de chauffeurs détenteurs d’une licence LOTI, avait appelé les plates-formes VTC à « interrompre symboliquement leurs activités […] pendant plusieurs heures » ce 9 février, « afin de montrer aux responsables politiques à quoi ressemblerait une France sans chauffeurs ».

Chauffeur-Privé, qui avait pris cette même initiative le 3 février pour la première journée de manifestation des VTC, ne l’a pas reconduite. Les autres acteurs du marché (SnapCar, Marcel, Cinq-S…) n’ont pas non plus pris position.

Que va-t-il se passer concrètement ? Il sera impossible de commander, via l’application Uber, une course dans Paris, aujourd’hui entre 11 h et 15 h.

Un hashtag #Laissezlestravailler a été mis en place pour l’occasion.

Petite exception : le service UberEATS (livraison de repas d’établissements partenaires) restera opérationnel, dans sa zone de couverture récemment étendue (les 8e et 9e arrondissements, ainsi qu’une partie du 10e, du 11e, du 16e, du 17e et des quatre arrondissements centraux).

L’appel à Matignon

Au cœur du débat, les mesures décrétées fin janvier par Manuel Valls après une réunion avec les taxis.

Le Premier ministre a décidé de renforcer les contrôles sur les « capacitaires », ces chauffeurs de transports collectifs à la demande dont le statut dépend de la LOTI* (loi d’orientation pour les transports intérieurs), votée en 1982.

Un amendement apporté en 2014 oblige les LOTI à prendre en charge au moins deux personnes par course. Or, estime le gouvernement, ils n’en transportent souvent qu’une dans le cadre de leur activité pour les plates-formes VTC.

Pour faire le point sur le respect de cette disposition, Matignon a exigé d’Uber et consorts qu’ils communiquent, d’ici à fin février, la liste de tous leurs chauffeurs affiliés (alors qu’ils ont normalement jusqu’au 31 décembre de chaque année pour transmettre le document).

Le cabinet de Manuel Valls a surtout envoyé à une vingtaine de ces plates-formes une lettre de mise en demeure insistant sur les risques pénaux associés à l’exploitation indue de la LOTI.

Loi Thévenoud : vraiment appliquée ?

Cette décision a suscité la colère des LOTI, qui poursuivent aujourd’hui encore leur mouvement amorcé il y a une semaine.

Ce mardi, ils étaient, selon Le Point, plus d’une centaine à bloquer l’accès à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, avant d’organiser une opération escargot sur l’A1 en direction de Paris. Vers 15 heures, la situation est revenue à la normale, avec 3 interpellations dénombrées par la préfecture de police.

Tout en précisant ne pas cautionner ces actions, mais les comprendre « parce que ce sont des gens désespérés, qui vont se retrouver sans emploi », l’association AMT demande toujours à Manuel Valls d’annuler une décision « injuste et incompréhensible à l’heure où la France traverse un état d’urgence économique et social ».

Du côté d’Uber, on redoute que « 10 000 chauffeurs professionnels » se retrouvent au chômage, « alors qu’ils travaillent avec des autorisations administratives délivrées par l’État depuis des années ». Et d’ajouter : « Le gouvernement bloque aussi l’essor des VTC, pourtant le secteur peut créer 70 000 emplois selon le rapport parlementaire Thévenoud ».

L’Inspection générale des finances doit justement rendre, ce mardi 9 février, ses conclusions sur l’application de la loi Thévenoud par les taxis et les VTC. D’après RTL, le constat est cinglant : si les contrôles se sont intensifiés (+ 77,6 % entre 2014 et 2015), la plupart des dispositions associées ne sont… pas entrées en vigueur.

uber-suspension

* Selon Le Monde, 10 à 40 % des chauffeurs affiliés aux applications VTC sont des LOTI. Ils seraient aujourd’hui 70 000 en France, contre 20 000 en 2009.

Crédit photo : Guillaume Louyot – Onickz – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur