Tedemis apporte l’e-mail au reciblage de Criteo

EntrepriseMarketingPublicitéRégulations
criteo-tedemis

Criteo consolide son approche multicanale du retargeting en s’offrant, pour 21 millions d’euros, le Français Tedemis, spécialiste du reciblage publicitaire sur e-mail.

Introduction en Bourse, prise de position sur le Web mobile puis les applications à quelques semaines d’intervalle : les derniers mois ont été mouvementés pour Criteo.

Désormais valorisé à plus de 2 milliards de dollars après son IPO, le spécialiste français de la publicité comportementale maintient cette dynamique avec une acquisition stratégique. Il annonce, pour 21 millions d’euros dont 17 millions en cash, le rachat de Tedemis.

Fondée en 2006, cette société basée à Paris édite des solutions de (re)ciblage publicitaire qui ont la particularité de s’appuyer sur les e-mails pour aider commerçants et annonceurs à générer du trafic hautement qualifié. En d’autres termes, des messages ultra-ciblés sont envoyés aux internautes identifiés comme fortement intéressés par un bien ou un service, mais qui n’ont pas finalisé une transaction sur un site e-commerce.

L’offre de Tedemis comprend également un outil d’analyse du comportement des internautes sur des site tiers (média, comparateur) afin de rebondir leurs intentions d’achat… et une solution de profilage destinée à relancer des clients inactifs par le biais de jeux-concours ou de campagnes personnalisées.

La société revendique un niveau de reciblage de 35% “en constante augmentation”. Elle estime que son offre peut permettre à un e-commerçant de générer 5 à 10% de chiffres d’affaires supplémentaire, avec un taux de conversion de clics pouvant atteindre 25%. Parmi ses quelque 200 clients figurent Orange, Carrefour, La Redoute, Lancôme et Boulanger.

Ce système de retargeting par e-mail constitue un complément idéal aux bannières dynamiques actuellement exploitées par Criteo. Une approche multicanal qui vise à séduire les directeurs marketing soucieux d’optimiser les coûts d’acquisition en ligne de leurs clients.

Criteo signe là son deuxième rachat après celui d’Ad-X Tracking (9,2 millions d’euros en juillet 2013), dont les technologies ont fait office de pierre angulaire dans la conquête du mobile… et des applications, qui captent aujourd’hui 80% du temps passé par les utilisateurs sur smartphone ou tablette.

La plate-forme connaît de nombreuses améliorations technique, mais le modèle économique ne change pas : le client achète au coût par clic et Criteo prend le risque de la transformation en agrégeant des inventaires mobiles au CPM.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous au point sur les solutions e-commerce ?

Crédit photo : mama_mia – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur