Télécoms : Ekinops lève 14,8 millions d’euros pour absorber OneAccess

EntrepriseFusions-acquisitionsGestion réseauxOpérateursRéseaux
ekinops-oneaccess

Ekinops (solutions de transport optique) a bouclé, sur Alternext, une augmentation de capital qui financera pour partie l’acquisition de OneAccess (box Internet multiservices).

La levée de fonds qu’Ekinops compter boucler au mois de septembre auprès de Bpifrance et d’Aleph pour un montant de 24 millions d’euros a-t-elle lieu d’être ?

La question se pose sur les forums Boursorama, où certains investisseurs répondent par la négative au vu de la sursouscription d’une première augmentation de capital qui s’est déroulée du 12 au 25 juillet sur Alternext et dont les résultats viennent d’être officialisés.

À raison de 3 070 748 actions au prix unitaire de 4,20 euros (soit une décote faciale de 28,21 % sur le dernier cours boursier d’Ekinops avant l’annonce de l’opération), la transaction portait sur un montant initial de 12 897 141,60 euros.

Chaque action détenue équivalait à un droit préférentiel de souscription. Douze de ces DPS permettaient d’obtenir, à titre irréductible, cinq actions à émettre.

L’exercice intégral de la clause d’extension – lié à une sursouscription de 252 %, avec un montant total demandé de 32,5 millions d’euros – a porté la somme levée à 14 831 712 euros.

Il faut dire que les actionnaires existants (Cogefi, Imhotel, Turgot AM, Turenne Capital…) et de nouveaux investisseurs (Aurore Invest, Financière Arbevel, ING Luxembourg…) avaient apporté des engagements de souscription à hauteur de 12,8 millions d’euros, soit 99,04 % du montant brut de l’opération.

Complémentarité

Cette augmentation de capital, associée à celle qui se prépare pour septembre avec Bpifrance et Aleph Capital, doit financer l’acquisition d’une société dont l’activité est jugée complémentaire : OneAccess.

Ekinops estime à 33 millions d’euros le besoin de financement global lié à cette opération qui a fait l’objet d’un accord définitif signé le 28 juin 2017 et qui sera à parts égales en cash et en actions, sur la base d’une valorisation à 58 millions d’euros pour OneAccess.

Basé à Lannion (Côtes-d’Armor), Ekinops fournit des équipements de transmission sur fibre optique pour les opérateurs télécoms. Entrée en Bourse en 2013, soit dix ans après sa création, la société compte aujourd’hui 85 salariés, pour un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros sur l’année 2016 (+ 20 % par rapport à 2015).

Du côté de OneAccess, né en 2001 et coté sur les marchés publics depuis 2014, on est basé à à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), avec un effectif de 350 personnes et un C.A. avoisinant les 58 millions d’euros (+ 4 % sur un an) pour une activité de fourniture de commutateurs et de routeurs (« box multiservices »).

Alors qu’Ekinops vise les opérateurs dits de « rang 2 » (Tier 2) et dispose depuis plusieurs années d’une présence commerciale aux États-Unis, OneAccess s’adresse au « rang 1 » (Tier 1) avec des clients localisés principalement en Europe – dont Orange et SFR.

Le nouvel ensemble sera, comme Le Revenu l’annonçait avant l’ouverture de l’augmentation de capital, en mesure de dégager une marge brute de 54,6 %, contre 49,9 % pour Ekinops seul.

La finalisation de l’opération doit intervenir début octobre. La part au flottant passerait de 84,9 % à 47,25 %, les anciens actionnaires de OneAccess détenant 22,15 % du capital, contre 13,77 % pour Bpifrance comme pour Aleph Capital, et 3,05 % pour le conseil d’administration d’Ekinops.

Du côté de Didier Brédy, principal dirigeant d’Ekinops, on vise, à l’horizon 2019, des synergies commerciales de 10 à 15 millions d’euros qui seront portées, entre autres, par la quasi-absence de clients communs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur