Télécoms : les données restent en retrait de la voix

Mobilité

Le développement du haut débit et de l’Internet mobile a favorisé la croissance du marché du transport des données. Pourtant, selon une enquête du cabinet IDC, cette croissance reste encore insuffisante pour que ce marché rattrape celui de la voix. D’autant qu’après deux années de croissance importante, le marché des services professionnels voix et données semble même marquer une pause.

La croissance du marché des données ne semble pas aussi importante que certains acteurs de l’IP l’avaient envisagé. Si cette croissance a été soutenue pendant ces deux dernières années avec la montée en puissance du haut débit, le marché semble désormais stagner. Ainsi, IDC table sur seulement 8 % de croissance sur le marché des services voix et données pour 2001. Pour les cinq prochaines années, le cabinet de conseil prévoit également une croissance sur le marché des services de données destinés aux entreprises de l’ordre de 12 %. Cette croissance annuelle moyenne sera principalement tirée par les services IP-VPN et les services d’accès à la bande passante haut débit (ADSL, boucle locale radio…). “Cette dynamique tient compte à la fois du déploiement de nouveaux services haut débit chez les opérateurs historiques et du calendrier applicatif des entreprises (déploiement d’Internet, de nouvelles applications e-business, téléphonie sur IP…) générant une augmentation des besoins et du trafic”, commente Stéphane Krawzcyk, auteur de l’étude. Pour autant, cette croissance ne permet pas de faire décoller véritablement le marché des données, qui reste très en retrait du marché de la voix. Et les cinq prochaines années ne devraient pas changer grand-chose. Le marché de la voix restera environ cinq fois plus important que le marché des données. Pour l’année 2000, IDC quantifie le marché professionnel des services données (X.25, ATM/ relais de trame, IP-VPN, liaisons louées, accès Internet “dial up”, ADSL, et boucle locale radio) à 12,8 milliards de francs.

Le marché des services voix devrait connaître, d’après les résultats de l’étude, une croissance annuelle moyenne de plus 7 % sur la période 2000-2005 pour atteindre près de 124 milliards de francs à l’horizon 2005. Selon IDC, cette croissance sera principalement tirée par les services de téléphonie mobile, notamment auprès des entreprises de moins de 100 salariés. D’autant que la dynamique de ce marché “devrait bénéficier de la mise en place de nouvelles offres de convergence et de l’arrivée de nouvelles générations de terminaux GPRS et UMTS favorisant le développement de nouveaux usages”, précise IDC.

Un nouveau modèle de rentabilité

L’émergence d’une concurrence de plus en plus forte entre opérateurs va forcer ces derniers à rechercher un nouveau modèle de rentabilité sur le transport de la voix et des données, notamment en captant de nouveaux marchés liés à la revente d’infrastructures (marché du wholesale, revente de la bande passante) mais aussi en misant sur le lancement de nouveaux services haut débit tant sur la voix que sur les données. Pour IDC, ce marché sera essentiellement tiré par les services voix liés à la mobilité et par certains services données, tels que les VPN IP ou l’accès Internet haut débit.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur