Téléphones mobiles : prime à la génération “touchscreen”

Mobilité

Selon Gartner, la croissance était encore au rendez-vous en 2008 malgré une fin d’année sombre. Samsung devient le rival le plus sérieux de Nokia.

Le marché de la téléphonie mobile va-t-il subir la même dérive que celui des ventes de PC en 2009 ? Gartner vient de faire le bilan de l’année 2008 mais ne s’avance pas sur l’année en cours. Pour les fabricants de terminaux mobiles, il est vrai que la situation s’est vraiment dégradée au quatrième trimestre 2008 (les ventes ont chuté de 4,7% par rapport à la même période en 2007).

En raison du contexte économique morose, les consommateurs renouvellent moins souvent leurs terminaux mobiles et tendent à réduire leurs dépenses télécoms. Ce constat vaut pour la zone Europe-Moyen Orient –Afrique mais, singulièrement, les ventes en Europe de l’Ouest ont été plutôt bonnes au quatrième trimestre (53,4 millions d’unités) malgré la récession.

Mais, globalement, en prenant du recul sur l’année entière, les constructeurs sont parvenus à conserver le cap de la croissance : 1,22 milliard de téléphones ont été vendus dans le monde (soit une hausse de 6% par rapport à 2007).

Samsung bondit, Motorola coule

Si l’on prend le classement par constructeur, Nokia reste le leader mondial sur le marché, accumulant 38,6% des ventes de terminaux mobiles (+0,8 point par rapport à l’année précédente) mais il semble avoir du mal à maîtriser la génération montante orientée écran tactile et popularisée par l’iPhone d’Apple.

Son principal rival Samsung semble mieux profiter de cette vague interfaces tactiles même s’il reste éloigné en termes de part de marché (16,3% +2,9 points).

A l’inverse, Motorola fléchit sérieusement. Sa part de marché est passée de 14,3% en 2007 à 8,7% en 2008. Le constructeur américain traverse une crise grave sur fond de restructuration et maintient l’hypothèse d’une cession de sa division téléphones mobiles.

En quatrième position, le coréen LG vient titiller Motorola avec 8,4% de part de marché. Quant à Sony Ericsson, il est relégué à la cinquième position (7,6%), faute d’avoir raté le coche “pure touchscreen device”, selon Gartner. Le lancement du Xperia 1 est là pour prouver qu’il reste encore des efforts à fournir dans ce sens pour parler d’une véritable mutation (voir vidéo sur Vnunet TV).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur