Téléphonie 3G : les opérateurs doivent affiner leurs stratégies

Mobilité
Information - news

D’après une étude du cabinet Analysys, les opérateurs de téléphonie mobile ont besoin d’une stratégie de services appropriée pour aborder le marché de la 3G.

Selon un rapport du cabinet d’étude spécialisé dans les télécoms Analysys, la récente entrée de T-Mobile et d’Orange sur le marché britannique de la 3G (la téléphonie mobile de troisième génération) risque d’amener les opérateurs à se lancer dans des stratégies qui pourraient se révéler nuisibles au final. Le cabinet d’analyse adresse un avertissement aux opérateurs sur le point de mettre en place des services basés sur les réseaux 2G et 2.5G face aux risques encourus.

Selon Alastair Brydon, coauteur du rapport, le lancement prématuré d’offres 3G montre que les opérateurs n’ont pas élaboré une réelle stratégie de services. “Une bonne gestion de la voix, des données destinées aux petits écrans et des services Internet/intranet à haut débit est nécessaire, parallèlement au déploiement de nouvelles technologies réseau – principalement la 3G mais peut-être également d’autres solutions”, a-t-il déclaré. La plupart des opérateurs européens ont concentré leur stratégie 3G sur les accès Internet et intranet destinés aux clients professionnels. Mais selon Analysys, ce modèle – même s’il génère des revenus certains sur le court terme – ne sera pas suffisant pour justifier le développement des offres 3G.

3, un pionnier en Grande-Bretagne

Le cabinet d’analyse ajoute que le nouvel opérateur 3 est un pionnier en Grande-Bretagne dans la mesure où il utilise un réseau 3G pour soutenir une politique agressive de remplacement des lignes fixes. “Au Royaume-Uni, la stratégie de 3 est un succès. L’opérateur génère plus de 400 minutes de télécommunications par mois et par utilisateur, avec une tarification légèrement inférieure à celle de la 2G”, a déclaré Mark Heath, coauteur du rapport.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur