Téléphonie mobile : Simpleo fait rimer simplicité et facture allégée

Mobilité

L’opérateur virtuel Debitel compte simplifier l’usage du mobile à moindre coût grâce à sa nouvelle marque Simpleo, conçue pour le grand public.

“Chez Simpleo, les forfaits mobiles servent d’abord à téléphoner”. C’est par ces mots que l’opérateur virtuel Debitel, propriété de CID détenue à 40% par SFR, lance aujourd’hui sa nouvelle marque Simpleo à destination du grand public. Son credo ? Aller à l’essentiel en proposant des forfaits pour mobile simples et dépouillés à des prix attractifs. Simpleo souligne que tous les acteurs du marché de la téléphonie mobile ont tendance à complexifier leurs offres avec des factures qui ne baissent pas.

Pas de chichi dans les formules mises en avant par Simpleo : il ne sera possible que de téléphoner et d’envoyer des SMS. Exit donc les services multimédia (Internet mobile, envoi de MMS, etc.) et les forfaits illimités, souvent restrictifs (plages horaires, opérateurs autorisés) commercialisés chez les trois opérateurs historiques (Orange, SFR et Bouygues Telecom) comme chez les autres opérateurs mobiles virtuels.

L’ensemble des formules appliquent des tarifs uniques, souvent moins chers que chez la concurrence. Ainsi, trois types d’offres sont proposés (carte prépayée, forfait avec engagement, forfait sans engagement) avec des appels acheminés par SFR, l’opérateur hôte de Debitel.

Des offres mobiles simplifiées et moins onéreuses

La marque Simpleo met à disposition cinq recharges de cartes prépayées, de 5 à 40 euros, comprenant des minutes de télécommunications et un certain nombre de SMS. La minute revient à 0,39 euro et le SMS à 0,07 euro (le meilleur prix du marché).

Les forfaits sans engagement sont eux aussi alléchants, avec toujours les SMS et appels inclus. Les offres s’échelonnent de 9,90 euros (jusqu’à 30 minutes de communications) à 42,90 euros pour 8 heures d’appels. Le report du crédit non consommé sur le mois suivant est compris dans le forfait. En revanche, il faudra payer un supplément pour obtenir ses factures détaillées.

Côté offre avec mobile et engagement, le forfait 1 heure revient à 14,90 euros, 2 heures à 20,90 euros et 8 heures à 44,90 euros. A titre d’exemple, le forfait 1 heure revient moins chez que chez les trois opérateurs historiques, et son prix demeure moins élevé que chez les MVNO (Mobile Virtual Network Operator – opérateur virtuel) Coriolis (17,80 euros) ou Télé2 Mobile (17 euros). Avec ce forfait, Simpleo propose un ensemble de mobiles à 1 euro, parmi les plus récents, et intégrant un lecteur MP3 ou un appareil photo (on ne sait jamais), comme le Samsung U600, le Sony Ericsson W880i ou le Samsung J700.

Objectif : conquérir un public adepte de la facilité d’utilisation et économe

Avec de semblables tarifs et prestations, Simpleo s’adresse avant tout au grand public, et à des classes d’âges encore estimées sous-équipées en termes de téléphone mobile : les 11-14 ans et les plus de 45 ans… Parmi eux, le MVNO tient particulièrement à séduire les “Techno Hésitants” et les “Economes Malins”. La première catégorie est composée de plus de 60% de femmes, recherchant avant tout la simplicité d’utilisation et la transparence des forfaits choisis. Quant aux “Economes Malins”, ils cherchent à consommer au meilleur prix.

Pour toucher le grand public, Debitel, qui compte 150 000 clients, prévoit de lancer une campagne publicitaire choc à partir du 1er octobre sur TF1 et M6. Les dirigeants croient beaucoup au succès de la marque Simpleo. Jean-Michel Neyret, PDG de Debitel, a dévoilé, lors de la conférence de presse, que l’objectif était de passer à un total de 500 000 clients en trois ans.

La diffusion des offres Simpleo se fera par l’intermédiaire de son site Web, d’un call-center dédié, et par des commercialisations progressives dans des points de vente, comme PowerStore.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur