Tentative ratée de Hynix pour éviter un procès initié par Rambus

Mobilité

Accusé d’avoir violé des brevets liés à la mémoire vive, le fabricant high-tech coréen a été débouté de ses demandes d’annulation des charges qui pèsent sur lui.

Rambus vient de remporter une première étape dans l’épreuve judiciaire engagée contre le fabricant sud-coréen de composants mémoire Hynix Semiconductor pour violation de brevets.

Le 5 janvier, Ronald Whyte, juge du tribunal du district Nord de San Jose (Californie), a débouté Hynix qui demandait l’annulation de la plainte de Rambus à son encontre. Le constructeur asiatique alléguait que la firme high-tech américaine avait détruit ou modifié des documents afférents à la procédure judiciaire.

Après deux semaines d’audition des arguments d’Hynix, “la cour conclut que Rambus n’a pas engagé de spoliation illégale de preuve”, a déclaré le juge, selon le communiqué de l’entreprise américaine.

La première audience du procès est prévu le 6 mars prochain.

Litige sur des technologies de mémoire vive

Les accusations de Rambus portent sur les brevets déposés autour des technologies de mémoire vive RDRam qu’Hynix aurait intégré à ses produits SDRam (DDR et DDR2).

L’affaire remonte à août 2000. Hynix (ex-Hyundai Electronics Industries à l’époque) portait plainte contre Rambus afin de demander l’invalidation des brevets déposés par la société américaine.

En février 2001, c’est au tour de Rambus de porter plainte contre Hynix pour violation desdits brevets qui portent sur la synchronisation des flux de données dans les composants électroniques (mémoires et autres).

Il y a tout juste un an, le juge américain Ronald Whyte demandait à Hynix de justifier ses accusations. En vain.

Bataille juridique sur plusieurs fronts

Entre-temps, Rambus est entré en conflit avec plusieurs autres fabricants de mémoire. Toujours sur la question de l’usage de sa technologie. Si Rambus a trouvé un terrain d’entente avec Infineon (voir édition du 22 mars 2005), le conflit demeure avec Samsung.

Le fabricant coréen de composants high-tech a commencé la production de mémoire XRD sur la base des technologies revendiquées par l’entreprise américaine (voir édition du 28 janvier 2005).

Dans le courant du mois de juin 2005, les deux firmes n’ont cessé de se renvoyer la balle à coup de dépôts de nouvelles plaintes. Les tribulations judiciaires de Rambus ne sont pas prêts de s’éteindre…

AMD signe avec Rambus
Le 3 janvier, AMD et Rambus ont signé un accord d’exploitation de licence sur cinq ans, renouvelable éventuellement. AMD pourra intégrer dans ses produits les brevets de Rambus qui portent sur les contrôleurs de mémoire DDR2, DDR3, FB-DIMM, PCI Express et XDR, ainsi que des brevets éventuels portant sur des technologies à venir. Les clauses de la transaction n’ont pas été divulguées. Difficile à dire si ce sont les récents événements judiciaires qui incitent AMD à se mettre en conformité avec Rambus et éviter ainsi tout conflit ultérieur ou bien si le fondeur de Sunnyvale voit un réel intérêt technologique dans les travaux de Rambus. Ce n’était pas le cas au début des années 2000 où AMD avait clairement fait le choix de la mémoire DDR contre la RDRam de Rambus (voir édition du 31 octobre 2000).

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur