Terragraph : Facebook s’appuie sur le WiGig pour compléter la fibre

MobilitéRéseauxTrès haut débitWifi
3 0

Élaboré par Facebook, Terragraph se présente comme une infrastructure de réseau sans fil très haut débit basée pour partie sur la technologie WiGig.

Concurrent de la fibre optique ou simple complément ? Terragraph pose question.

Facebook a profité de sa conférence F8 organisée les 12 et 13 avril à San Francisco pour présenter cette technologie de réseau très haut débit sans fil qu’il teste actuellement sur son campus californien de Menlo Park, avant une éventuelle extension des expérimentations dans la ville voisine de San José.

Fondé pour partie sur le standard WiGiG* (extension du Wi-Fi), Terragraph exploite la bande de fréquences à 60 GHz, pour laquelle il n’est pas nécessaire de détenir une licence – ce qui permet de créer une infrastructure relativement économique.

Au cœur du dispositif, des émetteurs radio apparentés à des small cells connectées en IPv6 et dotées d’un contrôleur SDN (« Software-defined network ») qui permet d’administrer le réseau par voie logicielle. La couche MAC a par ailleurs été réarchitecturée en TDMA-TDD, avec un protocole de routage dédié.

Les signaux émis par ces très hautes fréquences sont sensibles à l’oxygène et à l’eau. Si bien que Facebook envisage de déployer, en milieu urbain, des antennes espacées d’un maximum de 250 mètres.

Ces antennes de réseau phasé conservent le signal directionnel requis par les 60 GHz (« bande V »), tout en étant orientables pour couvrir une large zone et ainsi éviter des goulots d’étranglement comme les immeubles ou le trafic routier.

Il est par ailleurs possible d’y relier un réseau Ethernet pour compléter ou pallier l’absence d’une infrastructure filaire très haut débit. C’est là que l’on peut imaginer un conflit avec la fibre…

Les premiers tests ont permis d’atteindre un débit bidirectionnel de 1,05 Gbit/s entre deux nœuds espacés de 250 m. L’objectif est d’atteindre une capacité globale de 12,8 Gbit/s en associant quatre small cells par point d’accès.

terragraph

* Emmené par des poids lourds de l’industrie comme Intel et Microsoft, le consortium promoteur du WiGig avait fusionné, début 2013, avec la Wi-Fi Alliance, pour accélérer la standardisation de sa technologie basée sur le 802.11ad.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur