Tests NFC au Royaume-Uni : à quand un véritable déploiement commercial ?

Mobilité

Malgré les résultats encourageants d’un projet pilote mené en Grande-Bretagne, des inquiétudes subsistent sur la technologie “sans contact”.

Selon l’opérateur britannique de téléphonie mobile O2, les essais réalisés avec le plus grand projet pilote européen de la technologie de type Near Field Communication (NFC ou communication “sans contact”) laissent supposer que le déploiement commercial de la technologie prendra plusieurs années plutôt que plusieurs mois. Celle-ci permet aux clients de voyager ou d’effectuer des paiements grâce à une technologie sans contact intégrée à leur téléphone portable.

Claire Maslen, responsable de la division NFC chez Telefónica O2 UK, estime qu’un délai de six mois est “un peu ambitieux pour un déploiement commercial”, mais qu’elle “n’occuperait pas ce poste chez O2 si cela devait prendre cinq ans”.

Les résultats des tests sont encourageants, mais toute l’industrie doit se mobiliser pour convaincre les consommateurs et les commerçants des mérites d’un autre mécanisme de paiement venant s’ajouter aux paiements en liquide, par chèque ou par carte bancaire”, déclareHoward Wilcox, analyste en télécommunications chez Juniper Research et auteur d’une récente étude sur les paiements mobiles basés sur la technologie NFC.

Le volet de la sécurité doit faire l’objet d’une attention particulière. “Il faudra également apaiser les craintes compréhensibles (si elles sont infondées) et le scepticisme autour de la sécurité des portefeuilles mobiles”, poursuit Howard Wilcox.

Le rapport de Juniper Research indique également que les trois grandes régions (Extrême-Orient et Chine, Amérique du Nord et Europe de l’ouest) représenteront environ 90 % d’un marché annuel pesant 75 milliards de dollars en termes de valeur transactionnelle nette d’ici 2013.

Les participants du projet pilote ont déploré le manque de choix de téléphones, le manque de points de rechargement et une interface utilisateur immature.

Claire Maslen reconnaît que la technologie aurait besoin de développements supplémentaires autour des services potentiels qu’elle pourrait offrir, précisant que “deux ou trois grands noms de la distribution devraient entrer sur le marché pour parvenir à un équilibre”.

“Nous disposons des moyens techniques nécessaires à son lancement, mais cette technologie doit s’étendre à plusieurs opérateurs. C’est d’ailleurs ce qui avait encouragé l’adoption universelle du SMS”, explique-t-elle. “Il est également indispensable d’intégrer le matériel NFC sur la carte SIM et d’améliorer l’interface utilisateur afin d’offrir au client une expérience satisfaisante.”

Le projet pilote O2 Wallet s’est déroulé à Londres entre novembre 2007 et mai 2008, avec 500 participants adultes utilisant un téléphone NFC Nokia 6131. Ils ont effectué des achats ou voyagé sur le réseau de transport londonien avec la carte Oyster.

90 % d’entre eux ont été “satisfaits de la technologie NFC sur un téléphone portable” et 78 % se sont dit “intéressés par des services sans contact dès qu’ils seront disponibles”. L’aspect pratique, la facilité d’utilisation ont été cités comme les principaux avantages de la technologie.

Selon l’opérateur britannique de téléphonie mobile O2, les essais réalisés avec le plus grand projet pilote européen de la technologie de type Near Field Communication (NFC ou communication “sans contact”) laissent supposer que le déploiement commercial de la technologie prendra plusieurs années plutôt que plusieurs mois. Celle-ci permet aux clients de voyager ou d’effectuer des paiements grâce à une technologie sans contact intégrée à leur téléphone portable.

Claire Maslen, responsable de la division NFC chez Telefónica O2 UK, estime qu’un délai de six mois est “un peu ambitieux pour un déploiement commercial”, mais qu’elle “n’occuperait pas ce poste chez O2 si cela devait prendre cinq ans”.

Les résultats des tests sont encourageants, mais toute l’industrie doit se mobiliser pour convaincre les consommateurs et les commerçants des mérites d’un autre mécanisme de paiement venant s’ajouter aux paiements en liquide, par chèque ou par carte bancaire”, déclareHoward Wilcox, analyste en télécommunications chez Juniper Research et auteur d’une récente étude sur les paiements mobiles basés sur la technologie NFC.

Le volet de la sécurité doit faire l’objet d’une attention particulière. “Il faudra également apaiser les craintes compréhensibles (si elles sont infondées) et le scepticisme autour de la sécurité des portefeuilles mobiles”, poursuit Howard Wilcox.

Le rapport de Juniper Research indique également que les trois grandes régions (Extrême-Orient et Chine, Amérique du Nord et Europe de l’ouest) représenteront environ 90 % d’un marché annuel pesant 75 milliards de dollars en termes de valeur transactionnelle nette d’ici 2013.

Les participants du projet pilote ont déploré le manque de choix de téléphones, le manque de points de rechargement et une interface utilisateur immature.

Claire Maslen reconnaît que la technologie aurait besoin de développements supplémentaires autour des services potentiels qu’elle pourrait offrir, précisant que “deux ou trois grands noms de la distribution devraient entrer sur le marché pour parvenir à un équilibre”.

“Nous disposons des moyens techniques nécessaires à son lancement, mais cette technologie doit s’étendre à plusieurs opérateurs. C’est d’ailleurs ce qui avait encouragé l’adoption universelle du SMS”, explique-t-elle. “Il est également indispensable d’intégrer le matériel NFC sur la carte SIM et d’améliorer l’interface utilisateur afin d’offrir au client une expérience satisfaisante.”

Le projet pilote O2 Wallet s’est déroulé à Londres entre novembre 2007 et mai 2008, avec 500 participants adultes utilisant un téléphone NFC Nokia 6131. Ils ont effectué des achats ou voyagé sur le réseau de transport londonien avec la carte Oyster.

90 % d’entre eux ont été “satisfaits de la technologie NFC sur un téléphone portable” et 78 % se sont dit “intéressés par des services sans contact dès qu’ils seront disponibles”. L’aspect pratique, la facilité d’utilisation ont été cités comme les principaux avantages de la technologie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur