Tevanian maintient ses accusations

Cloud

Confronté aux juges et aux avocats de Microsoft, Avie Tevanian a maintenu ses accusations.

Après une journée d’interruption pour cause d’élections, le procès Microsoft a repris mercredi avec le témoignage attendu d’Avie Tevanian, le vice-président d’Apple. Celui-ci avait en effet expliqué dans une déposition écrite de 45 pages comment Microsoft avait su imposer son navigateur Explorer sur la plate-forme Mac et surtout comment il avait tenté de forcer les dirigeants d’Apple a stoppé le développement de Quick Time sur la plate-forme Windows (PC).

Tandis que Theodore Edelman, un des avocats de Microsoft, épluchait point par point sa déposition écrite, Tevanian a reconnu quelques erreurs techniques mais a fermement soutenu ses accusations.

Il a réaffirmé que Microsoft avait tenté de saboter la version Windows du player QuickTime. Quand l’avocat lui a demandé si le mot sabotage n’était pas quelque peu excessif, Tevanian a simplement répondu : “cela me paraît parfaitement adapté”. Mais il a ensuite admis qu’il n’avait aucune preuve que Microsoft avait volontairement inclus des messages d’erreur dans Windows afin de causer des problèmes à QuickTime. “Je ne sais pas si c’était volontaire ou pour d’autres raisons”, a-t-il admis. Malgré tout, bon nombre d’observateurs pensent que l’intervention de Tevanian porte un coup dur à la défense de Microsoft. Les débats le faisant intervenir devaient se poursuivre jusqu’à au moins jeudi soir.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur