The Boring Company : Elon Musk creuse l’idée de rapprocher New York et Washington

ManagementMobilitéRégulationsRéseaux
the-boring-company-hyperloop-new-york-washington

Entre The Boring Company (tunnels) et Hyperloop (navette rapide), Elon Musk assure que son projet de transport collectif souterrain et ultra-rapide reliant les deux cités américaines avance.

Il suffit d’un tweet d’Elon Musk pour que le Web s’enflamme.

L’entrepreneur milliardaire, connu pour son implication dans divers secteurs (aérospatial avec SpaceX, automobile avec Tesla, l’énergie avec SolarCity), dispose encore de ressources pour instiguer de nouveaux projets.

Celui de The Boring Company, associé à son concept de capsules Hyperloop (“des navettes en lévitation” pour se déplacer rapidement entre des métropoles), lui tient à coeur.

Dans un tweet diffusé hier soir, Elon Musk assure avoir obtenu un feu vert informel (obtenu verbalement) auprès du gouvernement américain pour un projet Hyperloop assurant la liaison New York et Washington…en 29 minutes.

 

Impressionnant rappelle Les Echos “quand on sait que les trains Acela nécessitent presque trois heures aujourd’hui !” pour effectuer ce trajet. Les grandes cités intermédiaires localisées sur le parcours de liaison NY- Washington (comme Baltimore) pourraient disposer de hub d’entrées et de sorties pour la gestion des flux voyageurs.  L’homme d’affaires féru des nouvelles technologies a précisé ensuite dans une série de tweets qu’il comptait obtenir une autorisation formelle d’exploitation de la part de l’Etat  “rapidement” en étant “optimiste”. Dans ce projet, The Boring Company jouera un rôle déterminant. Fin 2016, Elon Musk avait d’abord évoqué ce projet alors qu’il était exaspéré d’être coincé dans un embouteillage. En fait, le challenge avec The Boring Company porte sur la réduction des coûts associés aux creusements de tunnels. La facture associée au forage et à l’exploitation de tunneliers peut monter très vite.

Cela ne vous rappelle rien ? Avec SpaceX, Elon Musk s’est justement attaqué à la problématique des coûts associés aux lanceurs spatiaux (d’où sa volonté de ré-utiliser les engins pour réaliser plusieurs missions).

Visiblement, il raisonne de façon similaire pour concevoir des tunnels avec des chantiers moins chers à réaliser. Ces derniers pourraient servir de “voies bis souterraines” pour exfiltrer les véhicules bloqués dans des embouteillage.

Une vidéo diffusée en mai sur YouTube (ci-dessous) expliquait le concept pour désengorger le trafic automobile.

Quant à la dimension Hyperloop, elle arrive aussi en complément pour fournir un nouveau moyen de transport collectif rapide entre métropoles.

Une capsule Hyperloop est susceptible de contenir entre 20 à 40 passagers. Elle est propulsée dans des tubes dans des tubes à très basse pression atmosphérique “en lévitation” à plus de 1000 km/h (soit près de la vitesse du son).

En dehors des propres projets de la sphère d’Elon Musk (rattachée à SpaceX et en collaboration avec le MIT), il existe deux autres sociétés exploitant le concept Hyperloop, comme Hyperloop Transportation Technologies (qui a installé un centre R&D à Toulouse) mais aussi Hyperloop One (dans laquelle la SNCF a investi).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur