Thomson révise ses fondements au nom d’une “relance”

Cloud

Restructuration de la dette, focus métier, nouveau nom…Le groupe Thomson dresse un bilan de ses forces et de ses faiblesses.

Thomson revient de loin. En fin de semaine dernière, le groupe IT français a indiqué qu’il était parvenu à boucler un accord avec les principaux créanciers du groupe criblé de dettes (1,4 milliard d’euros à rembourser d’ici 2012 avant ré-échélonnement).

Dans une interview accordée aux Echos, Frédéric Rose, P-DG du groupe Thomson, explique comment il compte relancer les activités du groupe.

Tout d’abord, sur le front qui menaçait la pérennité de la société, c’est un soulagement : Thomson déclare qu’il a signé un accord de restructuration avec une majorité de ses créanciers “seniors”, qui vise à restaurer la solidité de son bilan par une importante réduction de sa dette.

Mais il faudra élaguer dans les activités de Thomson afin de se concentrer dans les domaines de prédilection de Thomson : “se focaliser sur les créateurs de contenus comme Disney, ITV, Bouygues-TF1, Vivendi et leur offrir des services de travail de l’image, notamment la 3D”.

Changement de nom proposé à l’automne

Jusqu’ici, il est difficile de faire la différence avec la vision de Franck Dangeard, le prédécesseur de Frédéric Rose à la tête de Thomson qui a précipitamment quitté la société en mars 2008.

Mais, au regard de l’historique jugé pesant de la marque Thomson, Frédéric Rose compte proposer un changement de nom du groupe dans le courant de l’automne.

La direction du groupe confirme les cessions d’actifs prévus d’ici la fin de l’année : Grass Valley (équipements cinéma et audiovisuel), Premier Retail Networks (publicité sur lieux de ventes) et la participation de 50% dans Screenvision (régie publicitaire pour le cinéma).

En termes de ressources humaines, des décisions symboliques ont été prises comme le maintien de l’usine de décodeurs d’Angers (Maine-et-Loire) dans le giron du groupe et la fermeture de la division R&D en Inde au profit de la cellule à Rennes (Ille-et-Vilaine).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur