Tiger : Mac OS X s’ouvre aux développeurs

Cloud

Avec la présentation de Mac OS X 10.4, Apple ouvre les fonctionnalités de son système aux développeurs tout en en renforçant ses capacités.

La version 10.4 de Mac OS X, présentée par Steve Jobs lundi 28 juin 2004, sera commercialisée au premier semestre 2005. Apple met en avant 150 nouveautés, dont Safari 2.0, iChat pour Tiger ou Automator, un logiciel permettant de faciliter le “scriptage” du système. Avec cette version, Apple réaffirme qu’elle renonce à la notion de système propriétaire. Pour cette WWDC (voir édition du 25 juin 2004), la firme de Cupertino a confirmé que son prochain système d’exploitation serait novateur et ouvert. Novateur par son intégration du 64 bits (voir édition du 28 juin 2004) : le portage d’applications existantes sur d’autres Unix 64 bits devrait être facilité. Mais au delà, c’est tout le système qui va désormais permettre aux développeurs de travailler plus vite en leur simplifiant l’accès à des technologies Apple. Ceux-ci ne s’y sont d’ailleurs pas trompé : les premières réactions montrent la satisfaction de pouvoir utiliser Mac OS comme leur Unix préféré. Les répercussions se feront sentir sans doute dès les prochaines versions d’applications.

Spotlight ou la recherche instantanée

Une grande partie du système d’exploitation est touchée, du noyau aux interfaces de programmation (API). Le système de fichier HFS+, par exemple, est désormais accessible aux programmeurs sous Unix par le biais de la ligne de commande, ce qui devrait accélérer le portage d’applications. Une fonction de recherche utilisant les métadonnées des fichiers, ouverte aux développeurs, a également été ajoutée (voir édition du 27 mars 2003). Baptisée “Spotlight”, elle est utilisable par n’importe quelle application optimisée. Le patron d’Apple a ainsi évoqué la possibilité de faire une recherche sur 100 000 fichiers en simultané. Spotlight sait également orienter sa recherche : fichiers audio ou vidéo, images ou données figurant dans un fichier. Cette fonction devrait se montrer aussi performante que le moteur de recherche incorporé dans iTunes, qui donne des résultats de façon quasi instantanée.

Mais les API et autres composants ouverts de Tiger ne s’arrêtent pas là : ainsi, le traitement de l’image et de la vidéo passe par deux API intitulés “Core Image” et “Core Video”, similaires à l’interface Core Audio qui consolide déjà le traitement du son sur Mac (voir édition du 19 janvier 2004). L’API Core Video intègre 100 filtres vidéo de qualité professionnelle en temps réel, ce qui signifie que le traitement des images est entièrement confié à la carte graphique. L’objectif est clair : faciliter la tâche des développeurs, libérer du temps de calculs aux processeurs et unifier le traitement des images. Le service ?Mac devient accessible aux développeurs tiers pour la synchronisation de leurs applications. Enfin, VoiceOver est la technologie ouverte d’accès aux applications du Mac par le biais de la parole. La fonction est surtout mise en avant par Apple pour les personnes malvoyantes ou souffrant d’un handicap, mais pourrait aussi bien servir au pilotage du système. Au final, les utilisateurs peuvent attendre beaucoup de cet esprit d’ouverture : performances améliorées, plus grande homogénéité et meilleure consistance des applications. Il ne reste aux développeurs qu’à faire preuve d’imagination pour utiliser ces nouveaux outils !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur