Tiger Server : opération séduction pour les oubliés de Windows NT

Mobilité
Information - news

En parallèle de Tiger, Apple a présenté la version serveur de son nouveau système. Elle contient de quoi séduire les petites entreprises oubliées de la grande migration vers Windows Server 2003.

Lors de la WWDC, parallèlement à Mac OS X 10.4 Tiger, Apple a dévoilé la versionserveur de son système 64 bits. Elle contiendrait, selon la firme, pas moins de 200 nouvelles fonctionnalités contre 150 pour la version client. Pour démontrer l’attachement d’Apple à la communauté des développeurs (voir édition du 29 juin 2004), Tiger Server s’appuie sur 100 projets Open Source et un espace mémoire physique adressable de 4 To. Cette version contient en fait cinq nouveautés : un serveur iChat privatif et sécurisé, un serveur de weblog compatible avec Atom et les différents formats RSS, un serveur de mise à jour de logiciels, ungestionnaires de salariés nomades et enfin Xgrid (voir édition du 14 janvier 2004). Tiger Server se présente surtout comme un système d’exploitation venu renforcer l’offre de services proposée aux utilisateurs habituels. Apple entend séduireles PME-PMI et les TPE avec un assistant de mise en place de réseaux capable de configurer automatiquement un Mac en routeur pour le reste d’un réseau. Autre nouveauté, les listes de contrôle d’accès (ACL – Access Control Lists) : un vrai casse-tête sous Unix. Avec Tiger, les permissions seront gérées par ACL, lui-même compatible avec Windows XP et Windows Server 2003. Objectif : faciliter l’accès à des fichiers partagés tout en préservant la sécurité des autorisations.Alternative aux réseaux WindowsSi ces quelques nouvelles fonctions réjouiront certains administrateurs de parcs de Mac, la mission de Tiger Server est également de conquérir le marché des entreprises (voir édition du 28 juin 2004), notamment celles qui remettent en cause leur réseau sous Windows. Outre Windows XP et Windows Server 2003, Apple montre qu’un administrateur peut facilement faire migrer les informations d’un serveur PDC vers Open Directory – Tiger Server est doté de la version 3 de ce répertoire d’utilisateurs. La migration se termine par la prise en main de la fonction PDC par l’OS d’Apple. L’objectif de la firme de Cupertino est donc d’utiliser Tiger comme tête de pont vers les réseaux d’entreprises, en particulier celles récalcitrantes à l’idée de payer la licence demandée par Microsoft pour Windows serveur 2003 – 30 % des entreprises américaines seraient dans ce cas.Et le constructeur de Mac n’apparaît plus seul dans son offensive vers les PME : Sun avec sa plate-forme développeurs, Borland avec Optimizeit Suite, Peoplesoft (qui certifie Safari pour l’utilisation de ses logiciels), Netsuite pour sa suite destinée aux PME/PMI, et Oracle (voir édition du 25 mai 2004) qui vient de livrer sa première mouture d’Oracle 10g pour Mac OS X s’engagent derrière Apple. Avec Tiger, 2005 devrait constituer une nouvelle étape dans l’offensive d’Apple en direction des entreprises. Ce système sera d’autant plus facile à faireadopter que la firme pourra mettre en avant des machines 64 bits dédiées. Si le PowerMac et le Xserve commencent à être largement répandus, il ne manque plus qu’un bon ordinateur de bureau économique pour détrôner les réseaux Windows NT bon marché des petites entreprises.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur