Tinder se sépare de son fondateur Sean Rad

Régulations
sean rad-tinder

Sean Rad, fondateur de Tinder, n’est plus le P-DG de la start-up. Il a été limogé par l’actionnaire majoritaire IAC à cause d’une affaire de harcèlement sexuel.

L’année se termine bien mal pour Sean Rad, jeune fondateur de l’application mobile Tinder, lancée en 2012, qui permet de rencontrer des personnes autour de soi, en se basant sur la géolocalisation.

Selon des informations révélées par Forbes.com Sean Rad vient d’être déchu de son titre de P-DG de Tinder, à la demande de l’actionnaire majoritaire, le groupe Internet IAC. Il conservera toutefois ses fonctions de président et de membre du conseil d’administration.

Selon Forbes, ce limogeage serait corréler à l’affaire de harcèlement sexuel  qui touche les dirigeants de Tinder.

Une ancienne salariée de la start-up, Whitney Wolfe, poursuit en justice Tinder pour harcèlement sexuel. Elle accuse en effet le directeur marketing, Justin Mateen, avec qui elle a eu une liaison, de l’avoir harceler par SMS et de l’avoir injurié en la traitant en réunion de « pute »  et d’ »ivrogne ».

Une fois l’affaire révélée, Justin Mateen a été suspendu de ses fonctions, le temps de mener une enquête interne. Confident et ami de Jutin Mateen, Sean Rad est directement concerné par cette affaire.

IAC n’a donc pas voulu prendre de risque en démettant Sean Rad de ses fonctions de P-DG . L’actionnaire principal de Tinder serait aujourd’hui à la recherche « d’une personne à l’image d’Eric Schmidt » [le dirigeant de Google, NDLR] pour remplacer le fondateur de Tinder.

 

Quizz ITespresso.fr : Que savez-vous des sites de rencontres ?

 

Crédit image :  Sfio Cracho – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur