Tiscali s’apprête à porter plainte contre Wanadoo

Cloud

Tiscali a fait son calcul : à moins de 15 euros, l’offre ADSL de Wanadoo s’apparente à de la vente à perte. Une pratique interdite en France.

Wanadoo accumule les plaintes à son encontre. Après Club-Internet, dont la plainte a été rejetée (voir télégramme du 21 janvier 2004), et AOL (voir édition du 23 décembre 2003), Tiscali devrait porter plainte la semaine prochaine contre Wanadoo auprès du Conseil de la Concurrence. Objet du mécontentement : le récent forfait 128 Kbit/s limité à 20 heures de communications (voir édition du 29 janvier 2004).

Vente à perte ?

Proposé à 14,90 euros par mois (avec un engagement de deux ans), le forfait est perçu comme de la vente à perte par Tiscali. “A raison de 13,87 euros pour l’abonnement auprès de l’opérateur France Télécom, auxquels il faut ajouter 1 à 2 euros de frais de collecte, on voit mal comment Wanadoo rentabilise son forfait”, explique-t-on du côté du fournisseur d’accès. Sans compter l’ajout du pack modem proposé à 1 euro, les frais d’activation de la ligne (apparemment absents de l’offre alors qu’ils sont normalement facturés par France Télécom), voire les coûts marketing et de distribution. “Ce qui est particulièrement choquant, c’est que c’est l’acteur dominant [Wanadoo détient plus de 50 % du marché de l’accès Internet en France, NDLR] qui fait de la vente à perte”, explique le porte-parole de Tiscali.

Tiscali se défend de s’opposer à la baisse des tarifs et encore moins de vouloir lancer une offre équivalente. Simplement, le FAI regrette que “Wanadoo affiche un prix facial comme le plus bas du marché de l’ADSL qui ne profitera finalement pas au consommateur puisque personne ne suivra sur ce terrain”. Rappelons en effet qu’en France, la vente à perte est interdite. Tiscali espère que l’affaire aille en référé afin qu’elle soit réglée rapidement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur