TomTom déplore la détresse de ses GPS

Marketing
TomTom logo

L’équipementier néerlandais TomTom rend une copie sans saveur, à l’issue d’un exercice 2011 conclu sur un fort recul du chiffre d’affaires et des bénéfices nets de son activité GPS.

Les GPS de TomTom perdent le nord.

Le fournisseur néerlandais de solutions pour la navigation embarquée a connu des faiblesses en 2011  : baisse de 16% du chiffre d’affaires sur 2011 (1,27 milliard d’euros) et perte nette de 438 millions d’euros.

En dépit des résultats encourageants de la division business, d’une recrudescence des ventes de licences logicielles et d’une démocratisation des systèmes embarqués dans les automobiles, cette situation de disette est amenée à perdurer.

Et pour cause : les terminaux personnels de navigation, constitutifs de plus de 60% des revenus du groupe, enregistrent une demande en chute libre, pour un bénéfice net en retrait significatif, à 12 millions d’euros entre octobre et décembre 2011 (-77% en rapport à l’année précédente).

Les analystes  incombe à TomTom d’amorcer une reconversion en qualité de fournisseur de services, au-delà de la plate-forme matérielle.

Face à la concurrence de Garmin (lui aussi en difficulté) ainsi qu’à l’incursion d’éditeurs tiers qui proposent d’acquérir des licences à vie, l’intéressé a fort à faire.

La percée des smartphones, désormais équipés en standard d’une connectivité GPS et entourés d’un écosystème logiciel conséquent, ajoute à la détresse d’un acteur sur le déclin.

TomTom ne semble guère garder la main que sur le segment des systèmes embarqués, fort de partenariats avec Samsung Electronics (fabrication) et de constructeurs automobiles comme Ford, Renault et General Motors (implémentations.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur