Toshiba choisit la France pour son premier data center européen

Régulations
Microsoft data center Etats-Unis

En ouvrant à Lyon son premier data center européen, Toshiba cherche à tisser des liens avec les PME françaises prestataires de solutions hébergées.

Toshiba choisit la France pour opérer son premier data center européen, installé à Lyon.

Voici la structure mise en service pour monter des solutions françaises de services cloud, notamment avec des PME locales.

Le chef-lieu rhodanien a retenu l’attention du géant japonais pour son infrastructure informatique et la connexion très haut débit de la boucle du Grand Lyon, mais aussi la présence d’un site sécurisé Tiers3+ auquel se greffe un système de détection d’intrusions propre aux normes du groupe.

On réalise aussi un démonstrateur autour de la gestion de l’énergie dans le quartier Confluence, où Bouygues va construire un bâtiment à énergie positive, avec la rénovation de HLM intégrant la gestion énergétique, l’offre de recharge de véhicules électriques, etc.“, ajoute Philippe Delahaye.

Le président de Toshiba Systèmes France précise que “la solution de gestion énergétique est intégrée à l’offre cloud [du groupe].

Si la mise en production a été officialisée ce 27 mars, la division Cloud & Solutions de Toshiba opère déjà le complexe depuis plusieurs mois, à l’appui d’un investissement chiffré à un million d’euros.

Y est délivrée une offre sur mesure, assimilable à du cloud public privatisé.

Auprès de ses clients, aussi bien des collectivités locales que des entreprises privées, Toshiba adopte une approche verticale “pour garantir la sécurité de l’hébergement localisé des données qui ne sortent pas du data center“.

Citées pour l’exemple, un portail de ressources destiné au personnel enseignant et aux élèves, mais aussi une solution de maintien à domicile qui va être déployée auprès d’une centaine d’utilisateurs du Bas-Rhin des suites d’une expérimentation sur 15 personnes isolées.

D’autres partenaires sont dans la boucle, sous la bannière Open Innovation.

Parmi ces acteurs locaux, certains évoluent dans la gestion de la consommation énergétique pour les bureaux d’entreprise (Avob) ou l’habitat résidentiel (Ijenko), la gestion électronique de documents (Eukles), la mobilité (Noledge)…

Il est également question de projets dans l’éclairage public, comme le note Silicon.fr.

“Il s’agissait de montrer qu’un grand groupe japonais savait tisser des liens avec des PME françaises […]et intégrer leurs solutions dans nos outils”, résume Philippe Delahaye.

Et d’ajouter : “Les produits c’est nous, les solutions c’est eux. La conception des produits se fait au Japon, celle des solutions en France.

Comme le laisse entendre le dirigeant, Toshiba entend internationaliser cet ensemble. “La division Cloud & Solutions a une approche européenne. On démarre aujourd’hui sur une annonce française pour le développement français avec une extension possible au niveau européen.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : le cloud computing, ça vous parle ?

Crédit photo : Sashkin – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur