Tous les produits Corel sont passés sous X

Cloud

Le canadien spécialiste du marché des arts graphiques a terminé sa migration sur Mac OS X. Il est le premier grand éditeur à avoir porté l’ensemble de ses applications sur le nouveau système. La firme est considérée par Apple comme le bon élève des développeurs pour Mac OS X. Cette fuite en avant présente surtout des opportunités de marché pour que le canadien se refasse une santé.

Corel vient d’annoncer la sortie simultanée de trois nouveaux produits pour Mac OS X : CorelDRAW 10, Photo-Paint 10 ainsi que KnockOut 2. L’éditeur prend ainsi la tête du groupe d’éditeurs déjà impliqués dans le portage de leurs applications sur le nouveau système d’exploitation d’Apple. Les produits de Corel peuvent désormais être présentés en deux catégories. La ligne Procreate (voir édition du 25 juillet 2001) est destinée aux créatifs et composée de trois outils (Painter 7, KPT Effects et KnockOut 2). En complément, Corel propose Bryce 5 (voir édition du 26 juin 2001), Corel Graphics Suite 10, CorelDRAW 10 ainsi que Corel Photo-Paint 10. Seuls deux logiciels du canadien n’ont pas été portés sur Mac, en raison de l’impact frontal avec Microsoft Office v.X : WordPerfect Office, dont la firme a abandonné le développement pour Mac en 2000 (voir édition du 15 mai 2000), et Ventura. Aucune information ne permet de savoir si le canadien compte les réadapter pour Mac. Il apparaît cependant que le mouvement de transition rapide de Corel vers Mac OS X est surtout une stratégie destinée à attirer les regards sur la firme et à susciter un regain d’intérêt pour ses produits, qui sont prêts bien avant ceux d’Adobe. Avance de Corel ou retard d’Adobe oecorel est présenté par les deux principaux chantres des relations d’Apple avec les développeurs, Ron Okamoto et Richard Kerris, comme l’acteur le plus représentatif de l’adoption de Mac OS X chez les développeurs. Cette position de bon élève amène Ron Okamoto, le responsable des relations mondiales avec les développeurs, à affirmer : “Corel a démontré son engagement aux clients d’Apple et devance la vague de développement pour le Mac en fournissant sept offres impressionnantes pour Mac OS X. Avec l’introduction de Procreate et le développement agressif d’applications graphiques de haute performance, la société exploite complètementles capacités de Mac OS X.” Mais le principal bénéfice que recherche Corel, c’est de tirer la couverture à lui : gagner des parts de marché sur son concurrent Adobe dans le domaine des arts graphiques. En fournissant des produits fonctionnant sur Mac OS X en natif, la firme joue le pari de la transition rapide pour certains utilisateurs spécialistes qui voudront profiter des capacités 2D et 3D du nouvel OS d’Apple. Les deux logiciels d’Adobe en ligne de mire sont Photoshop et Illustrator. Ce dernier est déjà prêt pour Mac OS X, tandis que Photoshop se fait attendre. Adobe avait plus ou moins explicitement reproché à Apple ses lenteurs dans le développement de Mac OS X pour expliquer son retard dans l’adoption de la nouvelle plate-forme. La manoeuvre de Corel consiste à jouer sur ce faux-pas présumé d’Adobe. L’adoption de Mac OS X par Corel ne l’empêche pas de continuer à soutenir la plate-forme Windows et l’initiative .Net de Microsoft (voir édition du 6 octobre 2000). Mais en embrassant totalement le Mac, Corel tente aussi de mettre un terme à ses errances passées. Les clients de la firme semblent mordre à l’hameçon si l’on veut bien en croire les propres mots de son responsable des produits graphiques.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur