Trading en ligne frauduleux : le gouvernement veut fermer le robinet à pub

LégislationMarketingPublicitéRégulations
rumeurs-iPhone-7-sous-traitants-asiatiques-apple-Bourse
2 2

Un projet de loi de Michel Sapin part en guerre contre les faux sites de trading qui parviennent à détourner des milliards d’euros à des épargnants françaises bernés.

Le gouvernement part en guerre contre les arnaques propagées par des faux sites de trading. Dans le projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique (adopté ce mardi par 304 voix contre 199 en première lecture à l’Assemblée nationale), Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, veut interdire la publicité pour les sites de trading sur instruments risqués et du coup compliqués à appréhender pour le grand public.

Selon le dossier de presse, le nombre de réclamations auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a été multiplié par 18 depuis 2011. « Plus de 90% des personnes qui s’adonnent à de tels paris perdent de l’argent, et parfois des sommes conséquentes. »

En guise de liste noire, l’AMF publie déjà régulièrement la liste des sites Internet et entités proposant en France, sans y être autorisés, des investissements sur le marché des changes (forex) ou via des options binaires. La réactualisation permanente est délicate car « de nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement ».

Il est recommandé de consulter la liste officielle des prestataires autorisés à fournir des services d’investissement en France sur le site Internet du registre des agents financiers : Regafi.fr (rattaché à l’ACPR).

En règle générale, les arnaques financières explosent sur Internet et par téléphone. En six ans, 4,5 milliards d’euros ont ainsi été détournés sur Internet, selon François Molins, Procureur de la République de Paris.

Les internautes sont exposés à des publicités sur Internet de sites de trading qui s’engagent à distribuer des bonus record et assurer des rendements boursiers délirants. L’AMF perçoit ces escroqueries comme une fraude qui aspire l’épargne des Français. Les sommes peuvent attendre plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’euros. Difficile de récupérer la mise de départ avec des sites Internet hébergés en Israël, à Chypre ou en Ukraine.

L’internaute se retrouve dépouillé, dépourvu de moyens légaux de recours. Le mois dernier, Rue89 a relaté les mésaventures de ce retraité français qui a perdu 300 000 euros en deux ans à cause d’un faux site de trading.

Trading & sponsoring : liens tumultueux

A travers ce projet de loi de Michel Sapin, il est également prévu l’interdiction des sites de trading en ligne de parrainer ou de sponsoriser des clubs de football français.

LeFigaro.fr a recensé cinq grands clubs (PSG, AS Saint-Étienne, AS Monaco, OGC Nice, Olympique Lyonnais) ayant noué des partenariats avec des sites de forex.

On a trouvé aussi via un lien Google AdWords sur la requête moteur « gagner de l’argent en bourse rapidement » un lien avec Optionweb.com, « plateforme officielle du trading du Paris-Saint-Germain » (aux activités tout à fait légales par ailleurs).

Mais, si les dispositions du projet de loi sont maintenues au cours de son examen parlementaire, l’AMF sera chargée de la mise en oeuvre de cette mesure d’interdiction publicitaire avec l’appui de l’Autorité de régulation des professionnels de la publicité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur