Trafics autour de la PlayStation 2

Mobilité

Un distributeur britannique qui déniche 2 500 PS2 en pleine pénurie, un dictateur du Moyen-Orient qui s’en fait livrer 4 000 et un décalage annoncé pour la sortie européenne de la Xbox. Les consoles de jeux vous souhaitent un joyeux Noël !

La chaîne de magasins britannique Tesco va faire des jaloux. Selon notre confrère américain ZDNet.com, ce géant de la distribution a mis en vente, vendredi 22 décembre, 2 500 PS2 alors que le pays, comme beaucoup d’autres, connaît une pénurie de consoles. Les 165 000 unités livrées par Sony depuis son lancement, le 24 novembre dernier, n’ayant pas traîné sur les étalages (voir édition du 23 novembre 2000). Le mystère demeure sur l’origine de cette cargaison. Tesco entretient le secret en se contentant d’affirmer qu’elles proviennent d’Europe du nord (mais quel est donc le pays qui décide de céder ses stocks ?). Le marchand a même prévu de changer les adaptateurs pour les mettre en conformité avec les prises anglaises. Les consoles sont vendues au prix habituel de 300 livres.

4 000 PS2 en Iraq et toujours pas de Xbox

Si l’Irak se situait en Europe du nord, on se permettrait d’accuser Saddam Hussein d’avoir fourni les PS2 à Tesco. En effet, selon WorldNetDaily (WND), le dictateur irakien aurait acquis 4 000 PS2 pour… construire un supercalculateur. A des fins militaires sans doute. Il est vrai que la console de Sony renferme un processeur 32 bits dont la mise en grappe (clustering) offrirait une puissance de calcul non négligeable. Selon Sony France, “c’est n’importe quoi. Et si c’est vrai, les consoles ne viennent pas de chez nous”. Effectivement, toujours selon le WND, les boîtiers proviendraient….. des Etats-Unis. Mais quid de l’embargo ?

Bref, entre la puissance de calcul, la pénurie et les distributions sauvages, la PS2 n’a pas fini de faire parler d’elle. Une autre console, pour le moment encore virtuelle, fait aussi parler d’elle actuellement. Celle de Microsoft. La Xbox ne sortira pas en Europe fin 2001 comme initialement prévu mais en mars 2002. “Il ne s’agit pas d’un retard mais d’une décision mûrement réfléchie afin de réussir un grand lancement et ne pas décevoir les distributeurs et les consommateurs avec un risque de pénurie”, explique-t-on chez Microsoft, “il est hors de question de promettre quelques chose qu’on n’aurait pas pu tenir”. Pas comme un certain concurrent, en somme. En revanche, les lancements américains et japonais auront bien lieu pour Noël 2001. Les impatients peuvent déjà réserver leur billet d’avion.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur