Transfert de centres d’appels : la justice rassure SFR

Mobilité

Le projet de transfert de trois centres de relation client, présenté par
l’opérateur mobile mais contesté par l’intersyndical, a été validé en référé.

Le 10 juillet, le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a confirmé que le projet de transfert de trois centres de relation client grand public est compatible avec l’accord de Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) de SFR signé en octobre 2006. A la suite de la décision en référé du TGI, le secrétariat du comité central d’entreprise (CCE) a précisé dans Les Echos que le dossier est renvoyé au fond.

En conséquence, le projet, initialement annoncé le 23 mai dernier par la branche SFR Service Client, “peut donc se poursuivre”, selon un communiqué de presse de l’opérateur mobile. SFR affiche son intention de mettre en oeuvre le calendrier d’information-consultation du CCE. Une prochaine réunion devrait intervenir “dans les prochains jours”.

Sur fond de négociation avec les partenaires sociaux, l’intersyndical a préféré ne pas signer lundi dernier un protocole d’accord pour mettre un terme à la crise suscitée par ce projet. Les représentants des sections syndicales ont préféré attendre le jugement.

Le 23 mai, SFR avait présenté un projet de transfert de trois centres de relation client à deux entreprises sous-traitantes: Téléperformance et Arvato. Malgré des engagements pris pour maintenir l’emploi dans chaque ville pendant trois ans au moins, ce projet d’externalisation a provoqué une série de débrayages en interne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur