Transformation numérique des TPE-PME : votre mission (courte), si vous l’acceptez

CloudLégislationManagementRégulations
mission-numerisation-pme-tpe-mounir-mahjoubi

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au Numérique, fixe une nouvelle mission en faveur de la numérisation des TPE – PME. Le retard accumulé est inquiétant.

Comment accélérer la transformation numérique des TPE-PME ?

C’est un sujet sur lequel Mounir Mahjoubi s’était attelé avant son départ de la présidence du Conseil national du Numérique survenu en janvier.

En raison de la campagne présidentielle (et sa décision de rejoindre l’équipe d’Emmanuel Macron engagé dans la course), le sujet était tombé en désuétude. Néanmoins, il subsiste un  rapport : « Croissance Connectée, les PME contre-attaquent » émis par le CNNum daté de mars 2017.

En ayant endossé les fonctions de secrétaire d’Etat du Numérique, Mounir Mahjoubi revient à la charge en érigeant une mission « en faveur de la numérisation des TPE – PME ».

Hier (26 octobre), le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé lors d’un discours devant l’U2P (Forum des entreprises de proximité) le lancement de cette initiative.

Elle est moins médiatique que celle confiée au « député-mathématicien » Cédric Villani sur l’intelligence artificielle. Pourtant, le sujet est important au regard du retard accumulé.

La mission est confiée à Philippe Arraou, ancien Président de l’Ordre des experts-comptables. Il disposera d’un délai de deux mois pour établir des pistes afin de favoriser la mutation numérique du vivier des entreprises en France, susceptible de créer un « levier de création de valeur et d’emplois ».

 


Le chargé de mission gouvernementale pourra s’appuyer sur des relais comme Bpifrance, les CCI, les régions et les prestataires pour esquisser une feuille de route approprie aux profils des PME-TPE en France.

Soyons précis (enfin si on peut l’être au regard de la complexité des définitions INSEE dans son rapport 2016 sur les entreprises). On parle de 3,74 millions de « PME » (intégrant 3,55 millions de « microentreprises ») mais ce nombre ne prend pas en compte les catégories « TPE » et « micro-entrepreneurs » (ex-profils d’auto-entrepreneur, à ne pas confondre avec les « microentreprises »).

Dans le rapport « Croissance Connectée, les PME contre-attaquent », le constat de la numérisation des TPE-PME était assez effroyable.

« À l’heure actuelle, la France accuse un retard important en la matière. Seulement 15,8% des PME françaises (hors microentreprises) vendent en ligne en 2015, ce qui la place au 13ème rang des pays européens, derrière l’Irlande (31,5%) l’Allemagne (23,8%), le Royaume-Uni (19,8%) mais aussi la Belgique (23,8%), la République tchèque (22, 8%), la Croatie (18,9%), le Portugal (18,8%) et la Lituanie (17,6%). »

A travers des programmes de sensibilisation aux outils numériques de productivité et de business, des groupes numériques importants comme Google ou Facebook fournissent des efforts en France pour accompagner les TPE-PME à franchir a minima le cap de la visibilité sur Internet.

Complément d’information : Avis d’Experts – ATN+: Le numérique au service du développement des TPE et PME (20/10/17)

(Crédit photo : Pixabay)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur