Transport : Eric Besson teste l’identification d’empreintes digitales pour passer la frontière

Cloud

Eric Besson, le ministre de l’Immigration, a inauguré le dispositif biométrique Parafes, qui identifie les empreintes digitales des voyageurs dans les aéroports pour leur permettre de passer plus vite la frontière.

Eric Besson, le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, a inauguré un nouveau système biométrique, installé dans l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, permettant d’éviter la présentation de son passeport à un policier pour pouvoir passer la frontière.

Ce dispositif de contrôle biométrique, baptisé Parafes (Passage automatisé rapide aux frontières extérieures Schengen), se base sur la reconnaissance des empreintes digitales du passager, obligatoirement citoyen de l’Union Européenne, de l’Espace Economique Européen et de la Confédération Suisse, et entrera en vigueur dès le 16 novembre prochain.

Pour pouvoir utiliser ce système biométrique, il faudra préalablement s’enregistrer sur la base de données nationale pour y fixer ses empreintes digitales. Cet enregistrement sera valable cinq ans. Ce contrôle automatisé permet ainsi de faciliter le passage des voyageurs et de “déjouer le piège des filières de faux passeports”, a expliqué Eric Besson.

Le ministre de l’Immigration a également précisé que l’adhésion au système Parafes n’est pas obligatoire et que le dispositif de contrôle des passeports reste en vigueur pour les voyageurs qui le souhaitent.

Selon Eric Besson, la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) n’aurait rien à trouver à redire sur la mise en place de contrôle biométrique dans les aéroports. Il a ainsi tenu à souligner qu’il s’agissait d’un système basé sur le volontariat : “il n’y a pas de conservation des données et chacun est libre de se désinscrire quand il le souhaite “.

Au total, 13 nouvelles bornes Parafes devraient être installées au sein de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle d’ici la fin de cette année. A terme, ce système devrait être déployé dans les aéroports provinciaux. Des pays comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Allemagne ont déjà mis en place un tel dispositif biométrique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur