Travail temporaire : la plate-forme Pixid remporte l’adhésion des grands acteurs du marché

Cloud

Le service ASP pour la dématérialisation de gestion administrative, soutenu
par Manpower, Adecco et Vediorbis, est bien implanté.

[Article rectifié le 30/10/06 à 19:00] C’est un exemple trop rare pour ne pas être cité : des acteurs concurrents d’un marché se sont associés autour d’une plate-forme professionnelle commune dédiée à la dématérialisation de la gestion administrative.

Dans le secteur de travail temporaire, les trois poids lourds – Manpower, Adecco et Vediorbis ? ont créé la société Pixid en novembre 2004. Objectif : fédérer à la fois les fournisseurs de travail temporaire et les entreprises clientes pour simplifier les démarches administratives par Internet. Une première en Europe. Une deuxième version a même fait son apparition en juin dernier avec un enrichissement du volet facture électronique.

Deux ans plus tard, Etienne Colella, Directeur général de Pixid, se montre satisfait du chemin parcouru. Désormais, 2000 agences d’intérim [et non 200 comme précédemment indiqué, NDLR] sont connectées à la plate-forme, ce qui réprésente 80% de part de marché. “A côté des grands réseaux du secteur du travail temporaire, il reste 990 agences à séduire. Le reste du marché est très atomisé”, précise Etienne Colella.

Côté entreprise, la plate-forme Pixid est interconnectée avec 200 sites d’entreprises. Il s’agit essentiellement de sociétés ou de groupes issues du secteur secondaire et des prestataires de la logistique. Mi-2006, la plate-forme enregistrait 5000 contrats par mois. D’ici la fin de l’année, le volume mensuel va doubler.

Gain de productivité à l’appui

Pourquoi cette plate-forme a-t-elle réussi son ancrage ? “Les fournisseurs de travail temporaire ont dégagé des gains de productivité administrative. Les entreprises ont adopté l’outil pour les mêmes raisons mais aussi pour répondre à une logique de contrôle et de traçabilité”, assure Etienne Colella.

Essayons de traduire les économies de manière plus concrète : pour les agences de travail temporaire, les économies générées en un an avec la plate-forme représenteraient 3% du chiffre d’affaires du secteur. Côté entreprise, le retour est aussi intéressant. En partant d’une société qui consacre un budget dédié au travail temporaire de 30 millions d’euros par an, Pixid évalue l’économie réalisée à un million d’euros par an.

Si une entreprise veut adopter la plate-forme accessible en mode ASP, le coût d’entrée est de “quelques dizaines de milliers d’euros”. Ensuite, dans la partie abonnement, “la partie variable représente plus de 70% du prix”, esquisse Etienne Colella.

Vers une approche de gestion de ressources humaines

D’ici le deuxième semestre 2007, Pixid veut s’ouvrir à l’Europe en tentant d’interconnecter sa solution à des prestataires situés dans d’autres pays. La plate-forme devrait dépasser également le stade du simple circuit dématérialisé de documents administratifs pour aborder le volet gestion des ressources humaines. “Les entreprises aimeraient avoir en leur possession un historique des personnes ayant été embauchées en travail intérimaire”, donne Etienne Colella à titre d’exemple.

D’un point de vue technologique, Pixid regarde de plus en plus le sujet de la virtualisation. Une étude avec le spécialiste américain VMware est en train d’être finalisée. “L’objectif est d’absorber les pics d’accès sur la plate-forme que nous observons en début et en fin de semaine”, précise le représentant de Pixid. Fiche technique

Technologie spécifique
Norme Sides (Staffing industry Data Exchange Standard), développé par le consortium HR-XML dédié au marché du travail temporaire
Base de données
Oracle
Serveur d’applications
WebLogic de BEA
Solution d’archivage
CDC Arkhinéo
Hébergement Prosodie
Annuaire LDAP
Sun One Directory
Infrastructure à clés publiques
Keynetics
Sécurisation signature électronique
Kotio

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur