Travis Kalanick : ces femmes qui pourraient lui succéder à la tête d’Uber

Apps mobilesLicenciementsManagementMobilitéNominations
travis-kalanick-succession

De Sheryl Sandberg (Facebook) à Susan Wojcicki (YouTube), plusieurs femmes sont sur la liste des successeurs potentiels de Travis Kalanick chez Uber.

Le successeur de Travis Kalanick se trouve-t-il déjà chez Uber ?

Certains répondent par l’affirmative, mentionnant le cofondateur Garrett Camp, le directeur produit Jeff Holden ou encore l’administratrice Arianna Huffington.

D’autres considèrent que le futur dirigeant viendra de l’extérieur. C’est le cas de Recode, qui évoque notamment Sheryl Sandberg.

La COO de Facebook avait déjà été citée, en 2014, dans la course à la succession de Steve Ballmer chez Microsoft. Plus récemment, elle fut pressentie pour prendre les rênes de Disney en remplacement de Robert Iger, qui avait annoncé son départ en retraite.

Un autre successeur présumé de Robert Iger pourrait venir prendre la tête d’Uber : Thomas Staggs.

L’intéressé fut pendant plusieurs années directeur financier de Disney, supervisant, entre autres, l’acquisition de Pixar. Nommé COO du groupe en 2015, il avait démissionné à peine un an plus tard, alors qu’on le voyait près de prendre les commandes.

Deux anciens de Ford

Sur la liste des successeurs potentiels de Travis Kalanick figure un autre dirigeant un temps pressenti pour remplacer Steve Ballmer chez Microsoft : Alan Mulally.

Sa carrière avait débuté en 1969 chez Boeing, dont il avait terminé CEO en 2001. Cinq ans plus tard, il avait rejoint Ford, enclenchant un plan de restructuration qui avait remis le groupe automobile sur les rails. Son départ en retraite était intervenu en 2014.

Son successeur Mark Fields, dont le mandat aura duré moins de trois ans, aurait aussi une carte à jouer chez Uber, d’après Recode, qui mentionne aussi la patronne de YouTube Susan Wojcicki.

Du côté de Quartz, on parie sur une promotion interne. En tête de liste, Garrett Camp, cofondateur et président du conseil d’administration. Valorisé à plus de 6 milliards de dollars par Forbes, il est dit globalement apprécié en interne.

Jeff Holden, arrivé en 2014, aurait aussi ses chances. Passé par Groupon et par Amazon, où il fut notamment responsable des produits grand public, il a supervisé, chez Uber, plusieurs projets dont la conduite autonome, l’offre uberPOOL (partage de trajets) et le futuriste Uber Elevate, axé sur le transport aérien à la demande.

Outre Arianna Huffington, membre du board, Quartz fait référence à Jason Droege. Cette autre recrue de l’année 2014 pilote la structure Uber Everything, pensée comme une start-up interne et qui a travaillé sur uberEATS ou encore uberRUSH.

Des sièges à prendre

Au conseil d’administration, le renouvellement a déjà démarré, à commencer par la récente  nomination de Wan Ling Martello (Nestlé) en tant que directeur indépendant.

Selon Bloomberg, un deuxième mouvement est acquis : écarté la semaine dernière après une remarque sexiste, David Bonderman laisse sa place à l’un de ses associés au sein TPG Capital. En l’occurrence, David Trujillo, dit à l’origine de la prise de participation de la société d’investissement au capital d’Uber, en 2013.

Quant à Bill Gurley, investisseur précoce dans Uber et impliqué dans le recrutement de plusieurs hauts responsables, il envisagerait de sortir de la boucle au profit de Matt Cohler, son associé chez Benchmark Capital.

Crédit photo : profil Facebook public de Travis Kalanick


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur