Très haut débit en France : déploiement uniforme ou priorité aux zones très denses ?

4GCloudMobilitéRéseauxTrès haut débit

Forum des Décideurs – THD : trois élus (Patrice Martin-Lalande, Thierry Solere et Yves Censi) et trois représentants télécoms (Iliad-Free, Covage, Motorola) abordent la manière d’étendre le très haut débit.

(Correction apportée le 26/05/10) Lors d’un Forum des Décideurs portant sur le très haut débit organisé à Paris dans la journée du jeudi 20 mai, une table ronde a réuni un panel d’acteurs du monde des opérateurs et des pouvoirs publics pour faire le déploiement.

Patrice Martin-Lalande, député UMP du Loir-et-Cher [et non PS comme précédemment indiqué, NDLR], co-président du groupe d’études sur Internet, a fixé l’état des lieux.

“Nous avons beaucoup à faire, tout à faire sans se leurrer sur la difficulté du chemin à suivre. Il y a une mobilisation grande des pouvoirs publics, tous horizons confondus”, a déclaré l’élu.

“Nous avons les outils juridiques et financiers pour la diffusion du très haut débit, notamment à travers le volet numérique du grand emprunt (4,5 milliards d’euros).” Une enveloppe de 2,5 milliards d’euros est dédié aux infrastructures très haut débit.

“Nous avons des efforts à fournir avec des moyens différenciés en fonction des zones (très denses, semi-denses, rurales). Trois chemins de fer à conduire en parallèle.”

L’élu du Loir-et-Cher est conscient que le “terminal principal, c’est le mobile maintenant”. Tout en poursuivant : “Il va falloir y répondre”. C’est même même plus important que le fixe”, considère-t-il.

De son côté, Olivier de Baillenx, Directeur des relations institutionnelles chez le groupe Iliad-Free, ne perçoit guère de déploiement simultané.

D’un point de vue opérateurs, “le déploiement se fait d’abord sur les zones urbaines (…)Le déploiement horizontal de Paris sera bientôt terminé et la petite couronne sera bientôt couverte par différents opérateurs.” Reste à savoir “comment avancer dans d’autres régions…”.

En tant que nouvel opérateur mobile détenteur d’une licence 3G, le groupe Iliad-Free regarde également l’arrivée de la 4G. “Mais pas avant 2012”.

Juste au moment où Free Mobile débutera la commercialisation de ses offres.

(lire la suite page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur