Très haut débit : France Telecom-Orange avance ses pions à Laval

CloudRéseauxTrès haut débit

L’opérateur historique remporte une Délégation de Service Public pour couvrir la communauté d’agglomération de Laval en fibre. Le futur réseau THD est censé respecter le cadre ARCEP et la concurrence.

France Telecom-Orange et la communauté d’agglomération Laval Agglomération (Mayenne) viennent d’établir une Délégation de Service Public (DSP) pour le déploiement du très haut débit qui va toucher 20 communes et 100 000 habitants.

L’opérateur historique, qui a obtenu une concession pour 25 ans, s’engage à couvrir la totalité des foyers et des entreprises en fibre optique d’ici 7 ans.

Ce chantier nécessitera 200 km de fibre. Pour les zones les plus reculées, “une solution intermédiaire haut débit” via satellite sera proposée avec un débit de 2 Mbit/s pour tous d’ici un an.

Particulièrement dynamique dans le domaine de la 3D et de la réalité virtuelle, Laval Agglomération veut pousser la fibre à 100 Mbit/s pour les particuliers et les entreprises.

Le financement se présente sous la forme d’un co-investissement public-privé : la collectivité investira 9,8 millions d’euros pour la mise en place du très haut débit.

Sachant que ce projet serait éligible aux fonds alloués au développement de la société numérique (du coup, l’Etat pourrait participer à hauteur de 33% du montant).

Tandis que l’opérateur va injecter environ 20 millions d’euros dans ce chantier. Une filiale dédiée au projet sera localisée à Laval.

Dans son communiqué, France Telecom précise que ce déploiement se calera aux directives du Programme National Très Haut Débit et “s’adaptera aux décisions de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes  sur les zones en dehors des zones très denses”.

Mi-décembre, l’institution en charge de veiller au bon fonctionnement du secteur des télécoms avait justement adopté deux décisions : l’une portant sur le cadre réglementaire de déploiement de la fibre optique jusqu’à l’abonné (FTTH) sur l’ensemble du territoire “en dehors des zones très denses” (dont les “zones moyennement denses” intégrant Laval), la seconde traitant de certaines conditions d’éligibilité aux aides du fonds d’aménagement numérique du territoire (FANT) pour la conception d’infrastructures et de réseaux associés au THD.

Pour éviter de faire sourciller l’ARCEP, France Telecom apporte une précision dans le cadre du projet Laval Agglomération : le réseau THD local “sera ouvert pour l’ensemble des FAI avec des conditions tarifaires très attractives”.

A lire également : Dossier spécial : Fibre optique : la ruée vers le très haut débit


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur