Très haut débit : la France partagée entre câble et fibre

Régulations
arcep-tres-haut-debit-fibre

Dans son Observatoire des marchés, l’ARCEP note que plus de 20% des 9,13 millions de logements éligibles au très haut débit sont désormais raccordés, majoritairement grâce au câble.

Quand bien même sa croissance reste modérée, le très haut débit progresse en France, notamment grâce au déploiement du tout fibre optique (FTTH, pour ‘Fiber-to-the-Home’) et au développement d’offres à plus de 100 Mbit/s.

Telles sont les principales conclusions établies par l’ARCEP dans son Observatoire des marchés.

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes recense, au 30 septembre 2013, 1,85 million d’abonnements très haut débit.

Soit 81 000 nouveaux clients par rapport au précédent trimestre… et 355 000 en un an (+24%).

Le très haut débit couvre donc désormais plus de 20% des 9,13 millions de logements qui y sont éligibles.

Les raccordements optiques d’Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom ne représentent qu’un peu plus d’un quart de ces abonnements (465 000 précisément).

C’est tout de même 55 000 de plus qu’au dernier pointage de juin 2013 – et 70% de plus qu’il y a un an.

Dynamisme commercial moins marqué pour Numericable, qui a enregistré 30 000 souscriptions au cours de l’été : le câblo-opérateur compte désormais 1,38 millions d’abonnés.

Comme le note Silicon.fr, les liaisons câble entre 30 et 100 Mbit/s diminuent très légèrement (de 4000) sur le trimestre au profit de celles à plus de 100 Mbit/s (+34 000), ce qui s’explique essentiellement par les améliorations des capacités du réseau câblé.

Mais qu’en est-il des quelque 400 000 autres foyers ? Ils sont raccordés par des moyens alternatifs comme le satellite, le Wi-Fi, le câble ou encore le BLR.

Au total, la France compte 24,64 millions d’abonnements haut et très haut débit (dont 22,8 millions en ADSL).

Du côté des opérateurs, le développement des infrastructures se poursuit.

Il s’agit aujourd’hui essentiellement de remplacer la boucle locale (le ‘dernier kilomètre’) en cuivre par de la fibre optique avec, éventuellement, une terminaison en coaxiale sur les derniers mètres.

Quant aux accords de mutualisation des réseaux, ils couvrent désormais 51% des 2,74 millions de foyers éligibles à la fibre optique.

Le FTTLA/HFC (optique en terminaison coaxiale) progresse pour sa part de 1,5% à près de 8,6 millions de logements. Un taux plombé par le recul de 6% des liaisons à 30 Mbit/s qui touchent aujourd’hui 3,5 millions de résidences.

arcep-abonnements-thd

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : la fibre optique, vous connaissez ?

Crédit photo : thieury – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur