Tribune Acronis : 5 éléments que les TPE et PME doivent sauvegarder

CloudEntreprise
laurent-dedenis-acronis

Selon Laurent Dedenis, président des ventes monde pour Acronis, les entreprises doivent apprendre à sauvegarder 5 éléments jugés essentiels pour leur activité.

La majorité des dirigeants de petites et moyennes entreprises ont conscience que leur matériel informatique n’est pas éternel,et qu’une catastrophe n’est jamais loin. Vols, casses, inondations, incendies… Les serveurs et autres disques durs sont à la merci des événements aussi bien naturels qu’informatiques.

Cependant, une étude menée fin 2013 par Atomik Research a montré que le gérant lambda de TPE/PME passe plus de temps à changer son mot de passe et à ordonner ses fichiers qu’à sauvegarder ses données. Faire une première sauvegarde peut demander beaucoup de temps et d’efforts, mais il est important de se rappeler qu’une perte de données a des conséquences bien plus néfastes sur l’entreprise, pouvant aller jusqu’à la faillite.

Laurent Dedenis, président des ventes monde pour Acronis, évoque les 5 éléments critiques que les petites et moyennes entreprises devraient penser à sauvegarder en priorité.

Commencer par sauvegarder l’essentiel

Il n’est pas toujours facile de savoir quels fichiers sauvegarder, ni où les sauvegarder. Pour répondre à cette question, les dirigeants de petites structures doivent réfléchir à quelles sont les données essentielles au bon fonctionnement de leur business. Il faut commencer sa sauvegarde par les données primordiales, sans lesquelles il serait impossible de mener à bien le business.

Si la quantité de données à sauvegarder est très importante, la meilleure solution est d’utiliser la technologie d’image disque pour stocker ses données, comme celle d’Acronis, ou de sauvegarder dans le cloud. Ce savoir-faire permet ainsi de tout sécuriser rapidement à des prix abordables.

Les fichiers d’installation et de configuration : moins évident, mais tout aussi important !

Ces fichiers sont d’une importance primordiale puisqu’ils permettent le bon fonctionnement des applications que vous utilisez au quotidien. Sauvegarder ses bases de données est utile, mais à quoi bon le faire si nous ne pouvons pas relancer nos logiciels ?

Sauvegarder les serveurs physiques et virtuels pour simplifier la restauration

La virtualisation permet aux entreprises de déplacer leurs serveurs physiques dans des environnements virtuels. Cette solution offre une grande flexibilité, permet de réduire les coûts et facilite la sauvegarde et restauration de données.

N’oubliez pas les terminaux mobiles.

Les TPE et PME doivent aussi faire face à la tendance du Bring Your Own Device (BYOD). Une étude Gartner réalisée en 2013 prédit que la moitié des entreprises demanderont aux collaborateurs d’utiliser leur propre matériel dans les années à venir. Pour se protéger face à la perte de données et aux risques de sécurité, il faut commencer par établir un plan de récupération de données incluant les terminaux personnels. Aussi, il est préférable d’opter pour des services de bureaux virtuels sauvegardant les données non pas sur le terminal mais directement sur les serveurs de l’entreprise.

Le premier point de contact avec les clients : Le site internet.

Le site Internet est la vitrine du business et se doit d’être toujours disponible. Il est impératif de connaître tout d’abord la politique de sauvegarde de l’hébergeur, ses procédures de restauration et de protection de données. Même si leur politique semble satisfaisante, sauvegarder localement le site Internet ou utiliser un fournisseur de sauvegarde en ligne pour protéger les données et les informations clients reste préférable. La meilleure solution est donc une sauvegarde hybride, à la fois en ligne et hors ligne.

La quantité de données créées et stockées de chaque entreprise va probablement augmenter dans les années à venir, et il est temps que les petites entreprises se protègent aussi bien que les grandes contre la perte des données.

laurent-dedenis-acronis
Laurent Dedenis, Président des Ventes Monde pour Acronis.
Crédit photo : Acronis

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur