Tribune : Apple VS Microsoft : inversement de tendance ?

CloudPoste de travailSystèmes d'exploitation
neoxia apple microsoft

Si Apple semble avoir une longueur d’avance sur Microsoft, la tendance pourrait-elle s’inverser prochainement ? Une tribune signée Jean-Baptiste Paccoud, responsable Offre Mobilité chez Neoxia, cabinet de conseil en gouvernance et architecture des Systèmes d’information.

Depuis 10 ans la confrontation entre Apple et Microsoft semble très clairement tourner à l’avantage d’Apple. Même s’il n’en a pas toujours été ainsi (pour rappel, Apple est passé tout près de la faillite en 1997), l’hégémonie actuelle d’Apple est tout simplement indiscutable.

Quelques chiffres

Construit sur des succès d’envergure planétaire (iPod en 2001, iPhone en 2007, iPad en 2010) appuyés par une machine marketing bien huilée, la marque à la pomme a très rapidement conquis le grand public. Apple est depuis plusieurs années la première marque dans les nouvelles technologies (devant IBM, Google et Microsoft) et parmi les toutes premières marques mondiales toute catégorie confondue.

En 2012, Apple a rejoint l’indéboulonnable Coca-Cola à la tête du classement annuel “interbrand”, gagnant 4 places sur l’année pour se positionner deuxième. Microsoft se positionnait 5ème de ce même classement. En 2013, Coca-Cola n’a qu’à bien se tenir.

Côté financier, le constat est le même. Apple est devenu la première capitalisation boursière avec une valorisation à 605 milliards de dollar pour un chiffre d’affaire de 108 milliards et un résultat net de 25 milliards.

De son côté, Microsoft n’a pas à rougir. La société est valorisée 245 milliards de dollar pour un chiffre d’affaire de 69,9 milliards et un résultat net de 23,15 milliards en 2011.

Niveau effectif, les deux groupes ne dépassent pas la centaine (de millier) avec respectivement 60 000 employés pour Apple et 90 000 pour Microsoft. On est bien loin des 2 millions de salariés de Walmart générant « seulement » 16 milliards de résultat en 2012.

De même, sur les marchés de l’ère post-PC, Apple se taille une belle part du gâteau en étant (large) leader du marché des tablettes avec plus de 60% de part de marché, et sur le podium des ventes totales de smartphones alors que Microsoft n’est pour l’instant qu’un challenger sur ces deux tableaux.

Le paradoxe d’Apple

Pourtant, même si tout semble aller pour le mieux, la firme de Cupertino pourrait bien être en danger. En effet, ses premiers adeptes, qui adulaient notamment (et pas seulement) Apple pour son coté différenciant, est en train de se globaliser. Revers de son succès, les produits Apple sont dans de plus en plus tournés vers la mobilité, et ceci n’est pas du goût de tout le monde.

Même si son positionnement en termes de prix et d’image n’a que peu évolué, le succès rencontré par l’entreprise rend demain, toujours d’avantage qu’hier, ses produits (et par effet de bord leurs possesseurs) moins uniques.

Par ailleurs, les récents lancements (Mac OS X Montain Lion ou iOS 6.0) paraissent parfois un peu précité (l’exemple est frappant avec la nouvelle application Maps sur iOS 6). C’est un fait rare pour Apple, qui a plutôt habitué ses utilisateurs à ne jamais transiger sur la qualité. Pour les commentateurs les plus virulents : « rien n’est plus comme avant ».

Ce mécontentement se manifeste par exemple sur les stores (MacStore, AppStore) dans les rubriques « notes et avis » où deux populations se déchirent. Les « nouveaux fans », souvent très positifs, et les « anciens » régulièrement plus mesurés, voir déçus des récentes évolutions de leur marque préférée.

Une opportunité pour Windows ?

Alors que la firme de Redmond  a devant elle un des agendas les plus chargés (et « historique » pour reprendre le terme utilisé en interne) de son histoire, n’y a-t-il pas une opportunité pour elle de reprendre l’avantage ?

Le lancement coup sur coup de Windows 8 et Windows Phone 8 lui offre un espace médiatique propice à un retournement de situation. Son partenariat avec Nokia n’a pas encore porté ses fruits, mais la plupart des instituts de sondage (IDC par exemple) lui prédisent un bel avenir.

Dans l’immédiat, le retard de Microsoft sur le marché des nouvelles technologies est tel, que ses produits s’ils sont d’une qualité suffisante (et je le crois), pourraient faire de leurs adopteurs « d’heureux originaux ». Windows Phone 8 est donc une belle promesse à concrétiser.

Je m’abstiens de parler de la carte que Microsoft va pouvoir jouer auprès des directions informatiques des grands groupes car cela mérite un article à lui tout seul (j’y reviendrai), mais là aussi, la situation pourrait bien tourner à l’avantage de Microsoft.

Bilan du match

Pour l’instant, l’avantage est clairement à Apple. Un inversement de tendance est conditionné à de nombreuses hypothèses, mais la situation pourrait évoluer rapidement. Et vous, Microsoft devant Apple dans quelques temps, ça vous parait possible ?

 

 

Crédit image : Copyright Samarttiw-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur