Tribune Finexkap: « Trésorerie des TPE-PME : 4 bonnes raisons de recourir au financement alternatif »

ManagementSalaires
Cedric Teissier et Arthur de Catheu
4 13

Confrontées à des soucis de trésorerie, les TPE et PME peuvent se tourner vers des financements alternatifs, comme l’affacturage. Tribune de Cédric Teissier et Arthur de Catheu (cofondateurs de Finexkap).

Les TPE et PME représentent 99 % des entreprises françaises et emploient près de la moitié des salariés.

Poumons de l’économie et championnes de l’innovation, elles sont hélas les premières exposées aux problèmes de trésorerie. En cause, l’allongement des délais de paiement et le resserrement du crédit bancaire.

Heureusement depuis quelques années, de nouveaux acteurs tentent de révolutionner le secteur financier en innovant à la fois en termes d’usage et de technologie pour faciliter la vie des entreprises et rendre enfin le pouvoir aux dirigeants sur leur trésorerie.

Encore sous-exploités par les TPE / PME, voici 4 bonnes raisons de faire appel davantage aux modes de financement alternatif.

Bonne raison n°1 : Un gain de temps… et d’argent !

En matière de financement de trésorerie, les offres du marché sont rarement adaptées à la taille et à la culture financière des TPE et PME.

Caution personnelle du dirigeant, engagement sur un pourcentage du chiffre d’affaires, lourdeur du processus d’admission et d’audit, lenteur du délai de versement, etc. sont autant de freins pour les petites structures. Sans compter une tarification parfois opaque due à la diversité des commissions et frais annexes.

Les acteurs du financement alternatif proposent alors des services en ligne plus souples et plus transparents bénéficiant d’une agilité incomparable avec celle des établissements traditionnels.

Les TPE / PME peuvent enfin se recentrer sur leur cœur de métier et y allouer les ressources nécessaires.

Bonne raison n°2 : Gagner en flexibilité grâce à la diversification de ses sources de financement

Signe d’une dépendance bancaire encore forte en France, les TPE / PME se tournent quasi-automatiquement vers leur banquier en cas de difficultés financières.

Sans vocation à remplacer intégralement les sources de financement traditionnel, les nouveaux entrants sur le marché visent plutôt à améliorer les modèles en place et à répondre au besoin d’alternative des entreprises.

Car diversifier ses sources de financement répond à un impératif de flexibilité des dirigeants en vue d’accroître leur potentiel de développement.

Bonne raison n°3 : Le client est (enfin !) mis au centre de la relation

Face à la crise de confiance et la fragilisation de la relation entre les banques et leurs clients, les Fintech ré-humanisent les services financiers.

Plaçant le client au centre de leurs préoccupations, elles travaillent activement à une optimisation de l’user experience et du parcours client.

Puisque ces sociétés financières se fondent sur l’usage pour concevoir leurs solutions et non l’inverse, les TPE / PME ont enfin accès à des solutions qui répondent à leurs besoins concrets !

Bonne raison n°4 : La technologie facilite le quotidien des TPE / PME

Misant massivement sur l’innovation et la recherche & développement, les acteurs du financement alternatif mélangent modèles mathématiques, indicateurs financiers et analyses comportementales des agents économiques pour bâtir des modèles pertinents d’algorithmes de sélection des factures et de scoring des entreprises.

Mise au service des TPE / PME, cette technologie leur apporte une solution simple et intuitive pour leur permettre de gérer en toute agilité leur trésorerie depuis n’importe quel support, où ils veulent et à tout moment.

Une tribune co-signée de Cédric Teissier et Arthur de Catheu, cofondateurs de Finexkap

(Crédit image : Finexkap)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur