Triple play-TVA : les clients SFR verront aussi leurs abonnements augmenter

Cloud

C’est au tour de SFR d’annoncer qu’en cas de passage du taux de TVA de 5,5% à 19,6%, il ne manquerait pas d’augmenter en échange les tarifs de ses abonnements triple play.

Les FAI montent au créneau les uns après les autres. Après Orange et Free, c’est au tour de SFR d’annoncer qu’il répercuterait la hausse de la TVA à 19,6% sur le prix grand public de ses abonnements triple play.

Rappelons que dans le cadre du projet de Loi des Finances 2011 qui doit être voté d’ici quelques semaines, le gouvernement prévoit une hausse du taux de TVA de 5,5% à 19,6% pour les offres Internet haut débit + téléphonie fixe + télévision.

Jusqu’ici, les FAI pouvaient bénéficier d’un régime de faveur pour la prestation de services audiovisuels à 5,5%.

Alors que l’opérateur français, filiale de Vivendi, travaille à une nouvelle Neufbox et concocte de nouvelles offres, Frank Cadoret, son directeur général grand public et professionnel, a déclaré à Reuters que “la donne du marché français [des télécoms, NDLR] va complètement changer alors que c’était construit comme ça depuis 15 ans”.

Au niveau de la hausse du prix des offres triple play, due à l’augmentation de la TVA voulue par Bercy, SFR n’avance pas de chiffres précis.

“Les prix vont quand même bouger un petit peu. On est obligé d’appliquer la loi. […] La loi de finances n’est pas encore arrêtée. On n’a pas encore tranché le niveau de pricing, mais bien sûr on répercutera”, a expliqué Frank Cadoret.

Dans un récent communiqué, la FTT (Fédération Française des Télécom), regroupant les principaux opérateurs télécoms, excepté Free, avait dénoncé ce projet de hausse de la TVA.

“Si la TVA passait de 5,5% aujourd’hui pour 50% de la facture, au taux de 19,6% pour la totalité de la facture, c’est 20 millions de clients qui seraient touchés par cette augmentation de TVA se traduisant par environ deux euros supplémentaires dans le prix de l’abonnement mensuel réglé par le client final.”

Quant l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, elle a dénoncé “des bricolages gouvernementaux” qui vont faire “peser de nouvelles charges sur le consommateur” et “risquent de déstabiliser le marché de l’Internet haut débit français”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur