Triple play : un concept qui ne séduit pas toujours les internautes européens

Cloud

Selon Forrester, 36 % des consommateurs européens se disent emballés par une
offre haut débit “trois en un”. 45 % n’y voient aucun intérêt.

Si le triple play est désormais la clé de voûte des offres ADSL des opérateurs en France, le développements des forfaits Internet-téléphonie-télévision intégrés connaît des disparités en Europe. Selon une étude de Lizet Menke et Lars Godell pour le cabinet Forrester Research, seuls 8 % des Européens disposent d’une offre triple play au deuxième trimestre 2006 contre 5 % un an auparavant.

Avec 12 % d’internautes disposant d’une offre “trois services en un”, la France se positionne à la deuxième place des sept pays étudiés, juste derrière le Royaume-Uni où le triple play profite à 13 % des abonnés haut débit. L’Italie se classe bonne dernière avec 4 % derrière l’Allemagne (6 %), la Suède (6 %), les Pays-Bas (10 %) et l’Espagne (10 %). Mais c’est l’Allemagne qui, avec un triplement des abonnés, connaît la plus forte progression en matière d’adoption des offres triple play.

Le principe du multi service s’étend donc progressivement sur les marchés de l’Internet en Europe. Mais l’intérêt pour ces offres connaît un ralentissement de la part des consommateurs. Globalement, 36 % des internautes européens se disent aujourd’hui intéressés par les offres triple play. Contre 35 % en 2005.

Mais, là encore, cette faible différence cache des disparités territoriales significatives. Si l’intérêt des Français pour les services multiple augmente (passant de 47 à 50 %), tout comme celui des Suédois (36 à 44 %) et des Allemands (39 à 44 %), celui des Espagnols, Néerlandais et Italien est en baisse. Quant aux Britanniques, l’attrait pour le triple play est similaire entre 2005 et 2006 (22%).

La Suède et l’Allemagne, les plus motivés pour le triple play

L’envie d’adopter le triple play reste donc ambigu. Toujours selon l’étude de Forrester, 45 % des internautes européens se déclarent non intéressés par ce type d’offres. Contre 36% pour ceux qui se montrent attirés par ce genre de formule.

Signe inquiétant ? Les bénéficiaires d’un accès haut débit semblent de moins en moins intéressés par une offre incluant également la téléphonie et la télévision. En moyenne européenne, l’intérêt de ce segment de population internaute vis-à-vis du triple play passe de 49 à 47 %. Seules la Suède (46 à 51 %) et l’Allemagne (49 à 54 %) montrent certaines velléités en la matière.

L’optimisation tarifaire constitue la première motivation d’abonnement à une offre triple play. C’est en tout cas ce que suggèrent, à hauteur de 49 % des réponses, les internautes européens (60 % pour ceux équipés d’une offre haut débit). La facturation unique arrive ensuite (42 % des réponses) suivi d’un accroissement de la qualité de l’offre, stable d’une année à l’autre à 27 %.

“Malgré d’intenses campagnes promotionnelles, les consommateurs européens ne regardent pas le triple play avec un grand intérêt ou comme quelque chose qu’il faut avoir absolument”, concluent les auteurs de l’étude.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur