Troceo.com : c’est la crise, faîtes du troc

Mobilité

Ce slogan irait comme un gant au nouveau site qui parie sur le troc comme modèle économique. Le jeune fondateur a déjà une Net-expérience poussée.

Votre chaise haute en rotin Ikea ne vous plaît plus ? Vous pouvez la vendre sur eBay, PriceMinister ou 2xMoinsCher, ou, c’est tout nouveau, l’échanger sur Troceo.com.

Inauguré le 22 décembre dernier, Troceo.com présente une interface en tout point semblable à celle de ses grands frères eBay ou PriceMinister. Le troqueur doit s’enregistrer pour ouvrir un compte, puis présenter, photo à l’appui, l’objet qu’il souhaite échanger.

La transaction peut se faire “objet contre objet”, “objet contre plusieurs objets”, “objet contre objet plus des points Troceo” (chaque point Troceo coûte 50 cents) et “objet contre des points”. Les troqueurs sont incités à se rencontrer pour finaliser l’échange et chaque personne est ensuite invitée à évaluer son interlocuteur.

“Notre slogan pourrait être “C’est la crise, faites du troc !”, explique Romain Piraux, créateur du site. Il n’a que 24 ans, mais cet ancien étudiant d’une école de management (il a passé deux ans à l’IDRAC Paris) compte déjà plus de trois ans d’entrepreneuriat.

Une start-up mais pas un coup d’essai

En mars 2005, il a créé Arpedia, une agence de création et de promotion de sites Web. “Arpedia emploie 15 personne et a réalisé 1,1 million d’euros de chiffre d’affaires en 2008 “, affirme Romain Piraux. Et, il y a quelques mois, il a lancé Natexo, spécialisé dans la collecte d’adresses e-mails pour des marques.

“A travers le site Institut-macarthur.com, nous réalisons des études de marché et en fonction des réponses des internautes, nous leur proposons, en opt-in, de recevoir des offres de sociétés, détaille Romain Piraux. S’ils acceptent, nous revendons leur mail.” Cinq personnes travailleraient chez Natexo, qui aurait engrangé 150 000 euros de chiffre d’affaires en seulement quatre mois…

L’homme a capitalisé sur ce double savoir-faire (création de sites et collecte d’adresses) pour créer Troceo. “L’idée d’adapter le troc aux standards du e-commerce m’est venue en observant beaucoup de personnes de mon entourage vendre des objets sur Internet”, explique-t-il.

(lire la suite page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur