Trois majors sur les rangs pour explorer le peer to peer légal

Cloud

Universal Music, Sony BMG et Warner Music ont signé des accords de licences avec Wurld Media autour d’une nouvelle plate-forme P2P légale de musique. C’est un signe de détente.

Le peer to peer devient une technologie fréquentable aux yeux des majors. Après l’avoir considéré uniquement comme un outil de piratage à grande échelle, les maisons de disques tentent d’apprivoiser ce canal de distribution de fichiers numériques que les internautes plébiscitent.

Dernier signe de cette tendance à l’apaisement : Universal Music, BMG et Warner Music ont signé des accords de licences avec la société high-tech new yorkaise Wurld Media. Les trois majors acceptent de diffuser une partie de leurs catalogues sur une nouvelle plate-forme légale de distribution de musique baptisé Peer Impact.

Ce service P2P, qui a adopté comme slogan “It pays to share”, a été lancé en version bêta aux Etats-Unis. Si l’on en croît son espace FAQ, le service était censé ouvrir au grand public initialement dans le courant de l’automne 2004. Mais son véritable démarrage surviendra finalement le premier trimestre 2005.

Depuis sa création en 1999, Wurld Media a développé deux autres services Internet : BuyersPort Network, un programme d’affiliation de services marchands sur Internet, et LX Systems orienté vers la distribution numérique de contenus.

Plusieurs projets émergeants, qui associent services P2P et majors, ont été récemment identifiés : Sony BMG montrerait un certain intérêt au projet MashBoxx en collaboration avec Grokster (voir édition du 3 novembre 2004 ). Snocap, la technologie P2P, développée par Shawn Fanning (le fondateur de Napster), aurait également attiré son attention. De son côté, Universal Music aurait déjà franchi ce cap en signant un accord dans la perspective d’une exploitation qui reste à déterminer.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur