Truffle 100 : Dassault Systèmes, Sopra Group et Cegid toujours sur le podium

Cloud

Le palmarès 2008 des 100 premiers éditeurs de logiciels en France montre un certain “dynamisme”. Mais la R&D et la volume de créations d’emplois à valeur ajoutée ont souffert.

Il faut tout mettre en oeuvre pour que le secteur du  logiciel tienne le choc face à la crise. Selon la cinquième édition du Truffle 100 France qui constitue un palmarès des 100 premiers éditeurs de logiciels en France), l’année 2008 est placée sous le signe du “dynamisme” mais il sera difficile de garder le même enthousiasme pour l’année en cours.

Le chiffre d’affaires cumulé en 2008 a augmenté légèrement : 3,8 milliards d’euros en 2008 (contre 3,7 milliards d’euros l’an précédent). Le nombre d’éditeurs qui voient leur chiffre d’affaires progresser  ne faillit pas (87% des sociétés ont eu un CA en croissance contre 84% en 2007).

La R&D reste un moteur puissant du secteur (700 millions d’euros investis en R&D en 2008) mais on ressent un fléchissement net des efforts d’innovation (-30%) par rapport à l’année précédente (1 milliard d’euros). Cette baisse de l’innovation a un impact sur la création d’emplois : en 2008, on recense 4000 emplois “à haute valeur ajoutée” mais c’est un recul de 50% par rapport à l’année précédente

Si l’on zoome sur quelques grande tendances de cette cuvée 2008 du Truffle 100, on note que 27 éditeurs ont progressé dans le classement (29 en 2007), 7 ont conservé leur place (16 en 2007) et 49 ont perdu au moins une place (39 en 2007).

Notons que 5 acteurs sortent du classement cette année à la suite de rachats. La plus importante opération a été réalisée par l’éditeur allemand SAP (ERP, CRM…) qui a acquis coup sur coup les français Business Objects (BI) avec un deal annoncé en octobre 2007 et Cartesis (BPM). Signalons également l’intégration d’Ilog dans IBM et GL TRADE dans SunGuard.

En élargissant le spectre sur deux ans, “pas moins de 11 sociétés parmi les plus importantes ont disparu du Truffle 100 pour cause de rachat par des éditeurs américains, allemands ou anglais”, souligne les initiateurs du palmarès.

Top 10 : tous cotés en Bourse

Principale caractéristique marquante à propos du top 10 : on ne trouve que des éditeurs de logiciels cotés en Bourse. Dassault Systèmes, Sopra Group et Cegid conservent leur trois premières places au classement. Cegedim Active (numéro 9) et Berger-Levrault (numéro 10) profitent des places laissés par Ilog et GL Trade pour s’imposer dans le haut du classement du truffle 100.

D’un point de vue géographique, signalons que la centralisation des sphères de pouvoirs à la française laisse des traces : parmi les 10 premiers, on compte 7 sociétés franciliennes (et 62 sur 100). 

* Le Truffle 100 est proposé par Truffle Capital, société européenne de capital
investissement (qui est notamment dans le capital de NetMediaEurope, éditeur de Vnunet.fr), en partenariat avec le cabinet d’études CXP et Mar-Tech & Finance avec le soutien de Syntec informatique.

Truffle 100 : quelle est la méthodologie retenue ?
Le palmarès Truffle 100 est réalisé à partir d’une enquête par questionnaire “sur la base des données transmises par chaque entreprise participante, éventuellement complétées dans certains cas par des sources extérieures”.  Le questionnaire de participation au palmarès et le classement complet est disponible sur www.truffle100.com.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur