Twitter a 7 ans : coup de rétroviseur sur l’épopée du micro-blogging

Régulations
twitter

A l’heure de souffler sa 7e bougie, Twitter initie, en vidéo, un coup de rétroviseur sur des années de micro-blogging qui ont imposé le tweet comme une institution du Web et une acception dans les dictionnaires de référence.

A l’heure de souffler sa 7e bougie, Twitter initie, en vidéo, un coup de rétroviseur sur des années de micro-blogging qui ont imposé le tweet comme une acception dans les dictionnaires de référence et généré la discorde autour du hashtag/mot-dièse.

Avec 200 millions d’utilisateurs revendiqués (60 millions de plus qu’il y a un an) et 400 millions de messages postés chaque jour, la plate-forme est devenu un incontournable du Web social.

Relais d’actualité, moteur d’interaction sans frontières, conservateur de la mémoire numérique, Twitter a débuté son épopée le 21 mars 2006.

Son cofondateur Jack Dorsey publiait, vers une heure du matin à San Francisco, un très sobre “just setting up my twttr” (“Je paramètre mon Twitter”), sans les voyelles, à la mode de la Silicon Valley.

Les évolutions techniques se sont succédé avec en 2007, l’arrivée du retweet et du hashtag qui, fort de son succès, pourrait bientôt se retrouver sur Facebook.

Dernière nouveauté en date, le partage de vidéos est disponible depuis janvier 2013, des suites du rachat de Vine, une société spécialiste en la matière.

Dans son historique personnel, Twitter retient notamment l’implantation au Japon et l’élection de Barack Obama en 2008, l’amerrissage du vol 1549 US Airways dans le fleuve Hudson en 2009 ou encore la Coupe du Monde de football en 2010.

Le Printemps arabe et la catastrophe nucléaire de Fukushima (2011) ont eux aussi une place de choix dans cette mémoire sélective, au même titre que les Jeux olympiques de Londres et la réélection du président Obama (2012).

Outre ces événements ponctuels, d’autres rendez-vous périodiques déchaînent les foules. Chaque année, la finale du Superbowl génère des milliers de messages par seconde.

Autre motif de satisfaction, ces comptes à succès comme le Twitter papal @Pontifex ou celui du sulfureux homme d’affaires allemand Kim Dotcom.

Les nombreuses anicroches rencontrées depuis 2006 sont néanmoins passées sous silence.

Illustration avec ces nombreux détournements de comptes – dernièrement, @AFPphoto, en lien avec le conflit en Syrie – qui ont motivé la mise en place d’un système d’authentification à double facteur.

Même constat concernant cette prolifération de messages à caractère raciste et/ou antisémite, qui ont valu au site de nombreux rappels à l’ordre.

Le voile n’est pas non plus levé sur les modifications successives de l’API, devenu autrement plus restrictive envers les développeurs tiers.

Quant à l’avenir, inscrit dans la mobilité et dans la construction d’un modèle économique en lien étroit avec les annonceurs, il ne semble pas à l’ordre du jour.

Les ambitions sont pourtant légion.

Twitter oeuvre tout particulièrement à la constitution d’un système de paiement électronique avec American Express et rêve aussi de TV 2.0 avec le récent rachat d’une société Internet spécialisée dans l’analyse des données associées aux programmes télévisés.

Jack Dorsey envisage même de briguer une investiture en tant que maire de New York, pour succéder, aux élections de novembre prochain, à Michael Bloomberg.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Twitter ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur