Twitter : une Américaine poursuivie pour diffamation

Mobilité

Amanda Bonnen a laissé un message sur Twitter critiquant l’état de son logement. L’agence immobilière n’a pas apprécié et a déposé une plainte pour diffamation.

Gazouiller sur Twitter n’est pas toujours anodin. Une Américaine vivant à Chicago, dans l’Illinois, vient d’en faire les frais.  Une agence immobilière, Horizon Group Management, a en effet décidé de porter plainte contre Amanda Bonnen, une de ses locataires, pour diffamation, comme l’a révélé un des journaux de la région, le Chicago SunTimes.

Le 12 mai dernier, cette Américaine a en effet laisser un petit message sur son fil Twitter où elle se plaignait de l’état de son appartement : “Qui a dit que dormir dans un appartement moisi était mauvais? Horizon pense que ça se fait”, a-t-elle écrit sur le site de micro-blogging.

Mal lui en a pris, son bailleur est tombé sur son “tweet” et a décidé de l’assigner devant un tribunal du comté de Cook pour diffamation. Amanda Bonnen risque, si elle est condamnée, une amende de 50 000 en dommages et intérêts.

Horizon Group Mangement lui reproche principalement d’avoir laissé son profil public. De fait, toute personne naviguant sur Twitter pouvait tomber et lire son message de mécontentement. Le bailleur affirme, de son côté, que l’affirmation de sa locataire est fausse et que ce “tweet” laissé sur le service de micro-blogging a “gravement nui” à l’entreprise, précise l’AFP. Le compte d’Amanda Bonnen est désormais inactif.

Cette mésaventure permet à Twitter d’encore faire parler de lui, à un moment où le service de micro-blogging se retrouve au centre d’une affaire gênante : la publication sur Internet de documents d’entreprises confidentiels, révélant notamment les objectifs stratégiques et financiers de Twitter pour ces prochaines années.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur